L'ex-président égyptien sera rejugé dans la seule affaire de corruption qui le maintenait en détention à l'hôpital. Une décision qui intervient après la décision de la Cour de cassation d'annuler sa précédente condamnation à trois ans de prison. Après avoir annulé sa condamnation à trois ans de prison, la justice égyptienne a ordonné mardi 13 janvier la tenue d'un nouveau procès de l'ancien président Hosni Moubarak, dans une affaire de détournement de fonds. Une étape qui pourrait constituer l'un des derniers pas avant sa possible libération. Moubarak, détenu dans un hôpital militaire du Caire, avait été condamné en mai à trois années d'emprisonnement pour corruption. Il avait détourné des fonds qui avaient été employés à la rénovation d'une résidence de famille. Selon des sources judiciaires, un nouveau procès dans cette affaire pourrait permettre à Hosni Moubarak, 86 ans, de retrouver la liberté si la première condamnation n'est pas confirmée. Pour l'heure, il n'a pas été précisé s'il demeurerait en détention pendant le nouveau procès. En novembre, un tribunal avait déjà abandonné en appel les accusations de meurtre de centaines de manifestants qui lui avaient valu la prison à vie en première instance. L'ex-Raïs restait cependant en détention dans un hôpital militaire du Caire dans le cadre de son procès pour corruption. Moubarak avait démissionné en février 2011 à l'issue d'une révolte populaire après 30 années au pouvoir.