A première vue, ce n'est qu'un disque en argile de 17 centimètres de diamètre pour 20 millimètres d'épaisseur. A première vue seulement. Cette énigme a commencé en 1908 quand ce mystérieux disque, vieux de 4000 ans a été découvert en Crète dans le palais de la ville aujourd'hui disparue de Phaistos. Cent ans plus tard, personne n'avait encore réussi à traduire le mystérieux langage écrit sur le disque datant de 1700 avant Jésus-Christ. Deux spécialistes du langage pensent avoir enfin résolu l'énigme. Dans une conférence donnée à la fin du mois d'octobre, l'un d'eux a expliqué les dessous de cette découverte. Pendant six ans, Gareth Owens, un chercheur en linguistique de l'Institut technologique de Crète et John Coleman, un professeur de phonétique à Oxford ont étudié ce qu'ils appellent "le premier CD-ROM minoen" (minoen du nom de la civilisation sous laquelle le disque a été gravé). Les Minoens sont une civilisation pré-grecque qui règne en Crète jusqu'en 1450 avant Jésus Christ. Selon les conclusions des deux chercheurs, ce disque serait en fait un texte de prière à la déesse mère, une figure capitale du panthéon minoen. Prudence cependant, comme le rappelle le site spécialisé Archeology News Network, de nombreuses interprétations ont été avancées concernant ce disque. Le problème: il n ' y a que 241 signes gravés sur les deux faces, " ce qui représente un très court texte et donc empêche de pouvoir infirmer ou confirmer toute proposition ". De plus, le disque de Phaistos donne à voir un système d ' écriture jamais encore retrouvé dans les fouilles des sites minoens, ni même ailleurs. Selon l ' interprétations des deux linguistes, un mot revient à plusieurs reprises sur les deux faces, celui de " mère ". La première face du disque parle d ' une femme attendant un enfant, la seconde rendrait hommage à une femme qui vient d ' être mère. Gareth Owens et John Coleman se sont en fait appuyés sur des études précédentes sur les hiéroglyphes crétois ainsi que sur le linéaire A, un système d ' écriture minoen et sur le linéaire B, un système d ' écriture mycénien pour pouvoir le décrypter: " L ' existence de la déesse mère était supposée depuis un siècle par ce que nous savons de la religion minoenne, encore fallait - il le prouver dans les textes ", a expliqué Owens à nos confrères du Huffington Post américain. " C ' est désormais chose faite ". A - t - on vraiment résolu " l ' une des plus persistantes énigmes de l ' archéologie du monde méditerranéen " selon les termes duMonde? Gareth Owens affirme en tout cas que sa découverte permet de traduire "près de 90%" du texte inscrit sur le disque.