ARCHITECTURE - Ces mosquées vont vous surprendre. Avec leur minaret original et leurs dômes à l'architecture inattendue, ces bâtisses allient subtilement tradition et créativité. De la Malaisie au Mali en passant par l'Iran, la France et l'Allemagne et etc. Le nom mosquée, attesté en 1550 dans la langue française1, est un emprunt à l’italienmosche(t) a, par le truchement de l ' espagnolmezquita, venant lui - même de l’arabeمسجدmasjid, lui - même emprunté à l ' araméenmasged2. Il dérive d’une racine proto - sémitique signifiant « poser le front au sol» et rappelle qu’il s’agit d’un lieu de prosternation.Le termejâmiʾ(جامعjāmîʾ), « lieu de réunion», désigne quant à lui une grande mosquée où se fait la réunion du vendredi. Les musulmans se réfèrent souvent à la mosquée par son nom arabe,masjidoujâmi.Le mot arabemasjidsignifie l’endroit du culte et dérive du verbesajada(racine « s - j - d,» signifiant « se mettre à genoux») en référence aux gestes exécutés pendant les prières. Le mot « m - s - g - d» est apparu en araméen dès levesiècle, et le même mot est trouvé plus tard chez les Nabatéens avec la signification « endroit du culte». Apparemment, ce mot araméen aurait à l’origine signifié « stèle» ou « pilier sacré». Les précurseurs du mot « mosquée» apparus pendant les XVe, XVIe, etxviiesiècles(«moseak», «muskey», «moschy», et «mos’keh») ont été également utilisés jusqu’à ce qu’on ait décidé que « mosquée» qu’on trouve dans l’espagnol, le moyen français, l ' italien ou l ' anglais deviendrait la norme. Auxviiiesiècle, l’épellation moderne est devenue la plus populaire et la plus standard du mot. Dans le contexte européen, le terme de mosquée a tendance à céder la place au terme « centre»,(markaz), en fonction des activités qui y sont proposées. Si la majorité des gens s’y rend pour prier, cela reste une mosquée. Si la plupart y vient pour d’autres activités, on parlera plutôt d’un centre(markaz).