Le problème en Syrie était déjà résolu, si la Turquie n'avait pas entravé les efforts de paix pour des tendances présomptueux et des différends émotionnels, a déclaré une responsable de haut-rang iranien sur les déclarations récentes du Président turc, Recep Teyyip Erdogan. "Malheureusement, l'ingérence de la Turquie dans les affaires internes de la Syrie et l'insistance sur décider pour le peuple de ce pays ont causé la prolongation de la guerre, du déplacement et des pertes de vie en Syrie et le problème dans ce pays était déjà résolu, si la Turquie n'avait pas entravé pour des tendances présomptueux et des différends émotionnels", a souligné ce responsable iranien. " Nous croyons que ce problème aurait pu se résoudre il y a trois ans et les innocents ne mourraient pas, si les responsables turcs n'avaient pas persisté au changement du gouvernement légal de la Syrie et n'avaient pas soutenu les terroristes", a-t-il affirmé, en ajoutant, cela est une réalité évidente qui malgré les publicités faites par la Turquie, personne n'y croit plus. Il a souligné que les bonnes relations avec la Turquie sont importantes pour l'Iran et les liens dans différents domaines bilatéraux sont en développement et nous espérons que la répétition de ce genre de déclarations n'entache pas ce processus positif. Le président turc a affirmé avoir des divergences de vue avec la Russie en Syrie et s'opposer également aux positions des Etats-Unis toujours au sujet de la Syrie. Mais ses flèches les plus pointues c'est à l'Iran qu'il a adressées: " l'Iran a une politique confessionnelle envers la Syrie (!!). au cours des rencontres bilatérales , ils - les iraniens- affirment vouloir coopérer pour aboutir à une solution mais une fois dans les faits, ils ne font que suivre leur propre démarche , ce qui empêche toute coopération entre eux et la Turquie, a dit le président qui n'a toutefois pas osé trop évoquer en détail ses divergences de vue avec la Russie et les USA dans le dossier syrien.