Un tribunal new - yorkais a estimé que l ' Argentine avait usé de voies " illégales " pour contourner un précédent jugement l ' enjoignant de rembourser en priorité les fonds " vautours ". Buenos Aires a pu de cette manière continuer à payer ses autres créanciers, a - t - il souligné. " Le tribunal soutient que la République argentine a enfreint le jugement ", a indiqué le juge Thomas Griesa, évoquant une condamnation " rare " et indiquant que les " sanctions " infligées au pays seront fixées lors d ' une prochaine audience. Ce magistrat avait dans un premier temps donné gain de cause aux fonds vautours ayant refusé toute renégociation de la dette après la faillite de l ' Argentine en 2001. Il avait ensuite décidé que Buenos Aires devait rembourser ces fonds spéculatifs minoritaires afin de continuer à payer ses autres créanciers ayant accepté de renégocier leurs titres de dette au prix d ' une forte décote. Refusant de se plier au jugement, Buenos Aires a dû se déclarer en défaut partiel et a adopté un mécanisme lui permettant de transférer le paiement de ses créanciers hors des Etats - Unis. Au terme d ' une audience à Manhattan, le juge Griesa a estimé que ces mesures " étaient illégales et devaient cesser ", reportant toutefois à une date ultérieure le choix d ' imposer ou non des sanctions.