L ' Algérie est sans doute le pays arabe le mieux préparé pour faire face à une menace terroriste d ' envergure.
L ' Algérie a réuni pour la troisième fois depuis trois ans, son Haut Conseil de sécurité. La première fois c ' était juste après les manifestations de janvier 2012, la seconde fois après l ' attaque contre Tiguentourine. Le président Bouteflika a présidé en effet la troisième réunion consacrée cette fois à la situation sécuritaire aux frontières méridionales et orientales de l ' Algérie et ses efforts pour la paix et la stabilité au Mali et en Libye. Cette réunion a vu la participation de hauts responsables civils, militaires et des services de sécurité, à l ' image du Premier ministre Abdelmalek Sellal, le ministre de l ' Intérieur Tayeb Belaïz, le ministre de la Justice Tayeb Louh, le ministre des Finances Mohamed Djellab ou encore le directeur de cabinet du président de la République, Ahmed Ouyahia et le vice - ministre de la Défense nationale, chef d ' état - major de l ' Armée nationale populaire, M. Ahmed Gaïd Salah. Une réunion à laquelle il manquait Ramtane Lamamra en mission diplomatique de paix aux Etats - Unis.