Dans son numéro de ce lundi, The Independent, journal britannique revient sur la conférence de Paris et ses participants: " cette conférence consacrée à la lutte contreÉtat islamiquea un très grand absent, l ' Iran! plus de 30 pays, pour la plupart européens et arabes, prennent part à cette manifestation. l ' Iran en a été écarté alors qu ' il a fait part de sa disponibilité) contribuer à la lutte contreÉtat islamique. cependant Téhéran insiste à dire qu ' il s ' opposerait à toute démarche qui puisse nuire d ' une manière ou d ' une autre au régime syrien. l ' Iran a aussi dénoncé la conférence de Paris à titre d ' une parodie vue la nature et les politiques des pays qui y prennent part ". The Independant revient ensuite et de manière voilée sur les pressions que la France aurait reçues de la part de ses alliés arabes et américain pour renoncer à inviter l ' Iran: " L ' Iran brille par son absence à cette conférence alors que le président Hollande avait affirmé par le passé que celle - ci n ' avait aucun rapport avec le nucléaire iranien et que l ' Iran y sera convié. Ceci étant dit, le secrétaire d ' état Kerry a écarté d ' emblée tioute présence iranienne, la qualifiant d ' " inopportune ". le journal n ' évoque évidemment pas à quel point cette position américaine s ' avère humiliante pour une France qui n ' a plus désormais l ' autorisation d ' organiser une simple conférence sur son sol mais préfère évoquer les divergences qui existent au sein de la coalition US / Otan / arabe contreÉtat islamique: " Même la France qui fait partie de l ' un des principaux alliés desÉtats - Unis estime que des frappes contre les positions d 'État islamiqueen Syrie devraient être précédés par l ' aval onusien " le journal cite un diplomate français: " nous devons au moins conserver un peu de notre indépendance(!!). nous ne voulons pas être le pur entrepreneur desÉtats - Unis!! les américains devronts nous demander officiellement notre participation à cette action militaire "!! The Independant souliogne ensuite le refus de Londres d ' arrêter une position claire au sujet de la participation à des frappes anti syriennes: " Alors que le ministre de la défense a refusé de cautyionner une participatuion britannqiue dans ces frappes, le bureau du Premier ministre a confirmé le contraire ".