Les politiques que pratiquent Obama et Poutine ressemblent en quelque sorte à la discipline sportive que les deux hommes pratiquent: Alors que Obama agit à la manière des basketballers, Poutine, lui est un judoka. Dans les décennies 70, les analystes politiques ne cessaient de souligner l ' ouverture affichée par la Syrie en direction de la Russie. à l ' époque, on évoquait même dans les milieux politiques syriens une blague qui se résumait ainsi: un maitre demande à son élève que tu veux devenir quand tu seras grand? et l ' élève de répondre: un expert russe ". dans les années 80, les syriens ne s ' adressaient pas aux russes uniquement pour des questions militaires. les experts russes construisaient des barrages, des centrales électriques, des chemins de fer, et donnaient des conseils agricoles. bref la Syrie était dépendante de la Russie dans plusieurs domaines. l ' Union soviétique accordait de larges crédits au régime syrien, dont certains à fond perdu. la Syrie importait même des médicaments, du fer, des équipements industriels en provenance de la Russie. En échange, la Syrie assurait aux russes une présence militaire en Méditerranée, via la base navale à Tartous. Poutine et Assad ont été tous deux élus président en l ' an 2000 et dès le début, ont entretenu d ' étroites relations ensemble. mais ces liens ont pris une dimension stratégique pour Moscou dès 2011, date à laquelle la Syrie a été prise pour cible d ' une offensive d ' envergure. la Russie s ' est opposée à toutes les résolutions internationales votées contre le régime syrien et son président et a continué à armer Assad en dépit des occidentaux. sa présence aux côtés de l ' Iran et du Hezbollah et des groupes irakiens ont permis à Assad de se tenir au pouvoir depuis. et en Ukraine? cette crise, éclaté en février 2014, a donné plus que par le passé à Poutine le sentiment d ' être un allié de Assad. En Ukraine, Poutine a tenté d ' éviter de commettre des erreurs qu ' il avait commises en Syrie, tout en s ' appuyant sur son expérience syrienne. la Russie telle qu ' elle s ' affiche en Ukraine est la même qui mène depuis 2011 la danse en Syrie. c ' est encore elle qui finance les opposants, les arment et les soutient dans leurs revendications indépendantistes. Au contraire des Etats Unis, la Russie soutient par tous les moyens politiques et militaires et financiers ses alliés ukrainiens. à l ' opposé des anti Assad syriens qui ont pour le malheur d ' avoir comme protecteur une Amérique qui tergiverse tout le temps et qui hésite à leur apporter un soutien politique et militaire, évitant même de les fournir en armes légères, Poutine sait tenir sa parole. Obama, lui, se moquent les opposants syriens, a empêché qu ' ils reçoivent armes et munitions, quitte à donner élan aux groupes takfiris. Daech est né d ' ailleurs de ces mêmes tergiversations. en 2012, il n ' a été qu ' une milice minuscule, provoquant tires et plaisanterie, alors qu ' aujourd ' hui il est devenu un acteur majeur! Contre la stratégie offensive de Moscou, les dirigeants américains et leurs alliés européens n ' ont eu rien à faire que d ' imposer à l ' ours blanc des sanctions financières et économiques. une politique qui a produit un effet inverse dans la mesure où les pays européens font face à une crise économique profonde et durable. la Russie récompense d ' ailleurs très habilement les sanctions européens en exportant ses marchandises au Tadjikistan, au Kirghizistan, en Arménie, en Azerbaïdjan, en Ouzbékistan, en Kazakhstan, en Biélorussie et même en Turquie. en Ukraine, la Russie a réussi d ' abord à annexer la Crimée et ensuite à s ' emparer de l ' est du pays. " Novorossiya " est le pays que Poutine a crée au coeur de l ' Ukraine, quitte à faire avancer ses propres plans et politiques. il se peut même que le président russe veuille atteindre les frontières moldaves et ouvre de la sorte une porte vers l ' Europe. les politiques d ' Obama et de Poutine ressemblent d ' ailleurs à la discipline sportive que chacun de ces hommes pratique. Poutine voit son adversaire à la manière d ' un judoka. le monde ne voit rien d ' autre que les coups donné par Poutine à ses adversaires à la fois en Ukraine et en Syrie. Obama, basketbeller, ne cesse que lancer des ballons en direction de Poutine qui en rit à pleines dents.