Au cours de la troisième guerre de Gaza, la Résistance a acquis un niveau de dissuasion sans précédent face à Israël. Une petite comparaison entre les trois dernières guerres israélienne met en lumière un processus d ' affaiblissement progressif avec en toile de fond un seuil de tolérance de moins en moins élevé, et une promptitude de plus en plus grande à hisser le drapeau blanc. En 2006, Israël a mis 33 jours avec de se coucher par terre, en 2008,22 jours et en 2014, à peine une semaine! En effet six jours après avoir déclenché l ' offensive bordure protectrice contre Gaza, Israël a appelé à la médiation égyptienne quitte à se tirer d ' affaire tandis que la Résistance a refusé d ' emblée de céder sans avoir obtenu au préalable les garanties nécessaire à l ' entrée en vigueur d ' une réelle trêve. Aussitôt après l ' annonce de la trêve, le cabinet sécuritaire israélien, réunis quelques jour savant pour décider d ' une offensive terrestre contre Gaza a fait part dans l ' urgence et sans aucun préalable de son accord avec le cessez le feu. Grande humiliation dans la mesure où deux des quatre articles du plan de la trêve répondaient aux exigences de la Résistance. Le premier article dit ainsi: " Israël se devra de mettre un terme à tous ses actes hostiles que ce soit sous forme terrestre, aérien, maritime et de cesser s ' en prendre aux civils " de la même manière le quatrième article dit: " les points de passage de Gaza devront s ' ouvrir et en fonction de la situation sécuritaire, la circulation de des gens et des marchandises devra être facilitée " cet article se complète de façon à ce qu ' il reconnaisse implicitement le pouvoir de dissuasion de la Résistance: " les groupes palestiniens devront aussi cesser tous leurs actes hostiles terrestre, maritime aérienne et sous terrains et cesser de tirer des missiles et des roquettes contre les citoyens israéliens " < Il est très clair que l ' article en question considère la Résistance comme une armée à part entière capable de lancer des opérations dans trois domaines maritime, terrestre, aérien. Le troisième article du plan égyptien de la trêve recommande enfin au dialogue, un dialogue " à venir où seront débattus des questions litigieux ". Une analyse du contenu du plan montre bien qu ' il est plus ou moins convergent avec les exigences de la Résistance. Celle - ci avait par ailleurs bien annoncé ses propres conditions avant de dire oui à la trêve. Le fait que le cessez le feu vient d ' être annoncé prouve si besoin est qu ' Israël s ' est résigné et qu ' il est prêt à partir sur cette base pour les prochaines étapes des pourparlers. Mais pourquoi une telle résignation?
1.les réalités sur le champ de bataille ont littéralement surpris les israéliens. au cours des combats, la Résistance a montré qu ' elle a acquis un niveau de dissuasion sans précédent. les groupes palestiniens ont agi en totale complémentarité les uns par rapport aux autres; tous les centres névralgique, les bases militaires, les bâtiments publics dans des villes comme Tel Aviv Beitolmoghadas, Haifa ont été visés. Pour la première fois, Israël & envoyer ses drones au dessus d ' Israël collecter des informations. Les drones de la Résistance n ' ont pas été uniquement de reconnaissance mais bien de combat, capables de transporter des missiles. al poursuite de la guerre dans ces conditions n ' aurait pu avoir d ' autre résultat qu ' un bilan des pertes israéliens de plus en plus lourd. Ajoutons à cela l ' ensemble des opérations commandos menés magistralement par les palestiniens et qui ont eu divers messages sécuritaires et militaires pour Israël.2.la nouvelle guerre de Gaza a pris frome sur fond d ' une troisième intifada. Les crimes israéliens comme l ' assassinat et le lynchage du jeune palestinien de 15 ans. Ou l ' attaque contre les mosquées en plein mois de Ramadan comptaient tous comme autant de mèche au déclenchement d ' un vaste incendie propre à brûler Israël. La poursuite de la guerre contre Gaza aurait pu embraser définitivement la Palestine occupée3.et enfin la guerre contre Gaza a bloqué en quelque sorte les actes de sabotage israélien à l ' endroit des pourparlers nucléaires de l ' Iran qui s ' approchent à sa dernière étape. A quoi donc a pensé Israël quand il a lancé son offensive contre Gaza? Il semblerait que Tel - aviv a déclenché cette offensive dans le cadre d ' un plan régional: il a agi de concert avec Daech qui s ' est emparé du nord de l ' Irak. Israël a voulu embraser Gaza, puis pourquoi pas la Cisjordanie pour en arriver à la Jordanie même. cela aurait pu parfaitement provoqué un effondrement de Gaza, puis de la Cisjordanie et un démembrement de la Jordanie dans la foulée. Cela aurait été la réalisation d ' un plan de fédérisation de la Jordanie auquel aspire Israël. Les palestiniens auraient du expulsé vers la Jordanie suivant ce schémas quitte à laisser enterrer définitivement le projet de deux Etats < > ce plan aurait du aller de pair avec le démembrement de l ' Irak, pays voisin de l ' Iran et dont le sort ne peut par définition laisser indifférent les iraniens. un Iran occupé éteindre le feu à sa porte – en Irak, un Iran aussi défié à Gaza en raison de son soutien à la résistance aurait perdu de son poids au cours des pourparlers nucléaires… mais l ' échec israélien a été cuisant: Daech n ' a pas pu comme Israël le souhaitait s ' emparer de Bagdad et à Gaza, la Résistance a joué des cartes si nouvelles, si inouïes qu ' Israël mettra longtemps à s ' en remettre… Israël a donc décide, au risqué de s ' humilier définitivement, à s ' avouer vaincu, à se résigner à dire oui à la trêve