Après la prise très importante du barrage de Mossoul, il y a une dizaine de jours, les peshmergas kurdes continuent leur contre-offensive et reprennent des villes contrôlées par les djihadistes de l'Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak.

Selon un général peshmerga, les combattants kurdes, aidés par l ' aviation irakienne, ont repris trois villages autour de la ville de Jalawa ainsi que l ' une des routes principales utilisées par les djihadistes pour transporter des combattants, du matériel et des vivres.

« Jalawla est stratégique, car c ' est une porte d ' entrée pour Bagdad»,a dit à l ' Agence France - presse Shirko Merwais, haut responsable d ' un parti politiquekurde, qui résume ainsi la situation: l ' Irak« mène des frappes aériennes, et les peshmergas(…) des combats au sol.»Dans la nuit de dimanche à lundi, les Kurdes étaient également parvenus à repousser deux assauts de l ' EI dans la ville chiite de Touz Khourmatou, à 175 kilomètres au nord de Bagdad.

La situation est par contre plus compliquée du côté syrien de la frontière. Les djihadistes ont remporté une importante victoire en prenant l ' aéroport de Tabqa, dernier bastion du régime dans la province de Rakka. Le ministre des affaires étrangères syrien, Walid Moualem, a ensuite assuré à la communauté internationale que son pays était prêt à collaborer dans la lutte contre l ' EI,« géographiquement et d ' un point de vue opérationnel».

Lire le reportage(édition abonnés): La province syrienne de Rakka passe sous la coupe de l ' Etat islamique

«NETTOYAGE ETHNIQUE»

Navi Pillay, haut - commissaire aux droits de l ' homme des Nations unies, à Genève le 1er décembre. | REUTERS / DENIS BALIBOUSE

L ' Organisation des Nations unies a réagi, lundi, aux exactions commises par les djihadistes de l ' EI par la voix de Navi Pillay, haute - commissaire aux droits humains, qui les a accusés de mener un« nettoyage ethnique et religieux»en Irak. MmePillay a également dénoncé des réductions en esclavage et des crimes sexuels et appelle à juger les responsables d ' éventuels crimes contre l ' humanité. Dans un communiqué, elle déclare:

« De graves et horribles violations des droits de l ' homme sont commises chaque jour par l ' Etat islamique en Irak et au Levant[ancienne appellation de l ' EI] et des groupes armés associés. Ils ciblent systématiquement les hommes, femmes et enfants en fonction de leur appartenance ethnique, religieuse ou sectaire(…) dans les régions sous leur contrôle.»

Jusqu ' à 670 détenus de la prison de Badouch, dans la ville de Mossoul, ont été tués par l ' Etat islamique le 10 juin après avoir été identifiés comme non sunnites, a poursuivi Navi Pillay, citant des survivants et des témoins du massacre interrogés par les enquêteurs des Nations unies.

« De tels crimes systématiques commis de sang froid et le meurtre intentionnel de civils visés pour leurs convictions religieuses pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l ' humanité», a - t - elle ajouté.