Vital et incontournable!

C’est en ces termes que les hommes politiques irakiens décrivent le rôle de l’Iran dans l’achèvement du processus politique de leur pays et l’établissement de la sécurité et la stabilité sur ce territoire, avec ses positions de principe et rationnelles vis - à - vis des développements de ces derniers mois. A cette étape des plus délicates de l’histoire irakienne, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad - Javad Zarif a de nouveau réitéré à Bagdad le soutien de la RII à l’unité et la solidarité de l’Irak qui vit, rappelons - le, des jours amers et difficiles après l’occupation de certaines de ses régions par le groupe terroriste takfiriste de Daesh, commettant des crimes les plus barbares contre les populations sans défense. Les événements en cours annoncent, espérons - le, une perspective prometteuse, grâce aux efforts déployés par les groupes politiques, religieux et ethniques, qui collaborent à la répression des groupes terroristes takfiristes et donc à la maîtrise de la crise actuelle. Par ailleurs, le ministre iranien des Affaires étrangères, soutenant les positions de l’Ayatollah Sistani, éminente source d’imitation des Chiites de l’Irak, a réitéré l’opposition de Téhéran, comme dans le passé, aux différends interethniques et aux tendances divisionnistes qui peuvent transformer, facilement, les différends religieux superficiels en des conflits profonds d’ordre confessionnel. C’est dans le cadre de cette même politique de principe et réaliste que la RII a exprimé son soutien ferme et manifeste au nouveau Premier ministre, Heidar al - Abadi souhaitant qu’il puisse franchir de pas sérieux, permettant d’accélérer l’éradication du terrorisme en Irak. Ainsi, le ministre iranien a fait part, lors de son point de presse conjoint avec son homologue irakien, Houchyar Zebari, du soutien de l’Iran à l’intégrité territoriale, le développement et l’unité de l’Irak, qui constitue, d’ailleurs, la plus importante priorité de la politique extérieure de la RII, soutenant les diverses couches irakiennes à savoir les Chiites, les Sunnites, les Kurdes, les Turkmènes, les Chrétiens et les autres. Or, dans les circonstances délicates actuelles où les crimes de Daesh ont pris de vastes dimensions, la nécessité de convergence ethnique et religieuse se renforce davantage pour les partis et groupes politiques irakiens. Ce qui accélérera, d’ailleurs, le processus de la formation du gouvernement et l’établissement d’un système politique approprié. Quoi qu’il en soit, la diplomatie dynamique régionale de Mohammad - Javad Zarif, se manifestant dans son déplacement à Bagdad au seuil de la formation du nouveau gouvernement irakien, témoigne du soutien de la RII à la formation d’un gouvernement basé sur la collaboration de tous les ethnies et groupes religieux en Irak, soit un pas essentiel et déterminant dans le sens de la maîtrise des menaces du terrorisme et du sectarisme.