Benyamin Nétanyahou a ordonné à Tsahal de riposter aux tirs de roquettes du Hamas qui ont repris ce vendredi, après l'expiration de la trêve de trois jours. Des milliers de Gazaouis ont fui leurs maisons par peur des raids. Publicité La guerre a repris ce vendredi à Gaza. Le Hamas a refusé de prolonger le cessez-le-feu en vigueur depuis trois jours et qui expirait à 7 heures. Peu avant, les tirs de roquette sur Israël ont repris et une vingtaine de projectiles ont été lancés sur l'Etat hébreu en deux heures. La réaction des autorités israéliennes n'a pas tardé. Le premier ministre Benyamin Nétanyahou a ordonné à l'armée de «riposter vigoureusement» aux roquettes. Vers 9h30 est survenu le premier raid israélien: une énorme explosion a secoué l'enclave. Tsahal a annoncé sur Twitter cibler les «sites terroristes» d'où opèrent les militants islamistes. Dès l'annonce de la fin du cessez-le-feu, des milliers de Gazaouis avaient fui leurs maisons, par crainte des représailles israéliennes. Reste à savoir quelle incidence aura la reprise des hostilités sur les négociations en cours entre l'Etat hébreu et le Hamas au Caire, sous l'égide de l'Egypte. Un porte-parole du Hamas annonçait vendredi matin que les discussions se poursuivraient en dépit de la fin de la trêve. Le Hamas dénonce le maintien du blocus de Gaza Israéliens et Palestiniens ont engagé les discussions avec des exigences apparemment inconciliables sous la pression du terrible bilan humain de ce conflit. Israël a proposé mercredi soir une prolongation pour une durée illimitée du cessez-le-feu, sous réserve qu'elle ne soit assortie d'aucune condition. Cependant, le Hamas avait accusé jeudi soir l'Etat hébreu de bloquer les négociations en n'accédant pas à ses demandes, notamment la fin du blocus de Gaza qui asphyxie l'enclave depuis huit ans, la construction d'un port sur la Méditerranée et la libération de prisonniers. L'armée israélienne, qui a retiré ses troupes de Gaza, se tient prête le long de la frontière à répondre à toute reprise des combats. L'opération «Bordure protectrice» déclenchée le 8 juillet par Tsahal pour faire cesser les tirs de roquettes contre son territoire et détruire le réseau de tunnels servant au Hamas à s'infiltrer en Israël a tué 1890 Palestiniens, dont 430 enfants et adolescents. Selon l'Unicef, 73% des victimes sont des civils.