Le constructeur automobile Renault de la France est à la recherche d'un partenaire financier pour reprendre ses activités en Iran, a dit un haut dirigeant de Renault. Le directeur de Performance Jérôme Stoll de Renault a déclaré à Istanbul mercredi soir que le constructeur français est prêt à reprendre la coopération de l'assemblage du véhicule avec les constructeurs automobiles iraniens Iran-Khodro et Pars-Khodro. Il a également déclaré que Renault est déterminé à reprendre la position significative sur le marché qu'il avait avant les sanctions américaines dirigées contre l'Iran en 2012. Renault a été contraint en juillet 2013 à mettre un terme complètement aux livraisons à l'Iran lorsque le gouvernement américain a étendu les sanctions économiques contre la République islamique pour le secteur de l'automobile. Renault a enregistré une énorme baisse des profits pour la première moitié de 2013, après avoir omis la valeur totale de ses activités en Iran. La société a subi une perte de 512 millions d'euros (680 millions USD) après l'arrêt de ses activités dans la République islamique. En 2012, Renault a vendu un total de 100 783 véhicules en Iran, et a eu 10 pour cent de part de marché. La République islamique a été le huitième plus grand marché mondial de Renault par ventes, après l'Italie et l'Espagne.