La guerre fratricide entre les groupes terroristes en Syrie a éclaté vendredi dans la ghouta de l’Est à Damas entre l’Etat islamique en Irak et au Levant qui mène une guerre sur plusieurs fronts contre les groupes de l’opposition et contre l’armée de l’islam(faction principale du front islamique).
L’armée de l’islam a publié un communiqué dans lequel elle accuse l’EIIL d’avoir « déclaré la guerre contre les sunnites dans la Ghouta de l’Est, suite à l’assassinat de l’ancien premier juge de l’EIIL, Anas Qouweider(Abou Hammam) qui a fait défection avant de se repentir». Selon le communiqué, le front islamique avait assuré la protection du juge dissident après s’être repenti mais l’EIIL a réussi à l’assassiner avec sa mère. L’armée de l’islam a considéré cet incident « comme une déclaration de la guerre des liquidations contre les musulmans sunnites dans cette terre bénie(la Ghouta de l’Est) … Les chiens du feu(EIIL) paieront cher dans cette guerre qu’ils ont entamée». En riposte aux menaces de l’armée de l’islam, les éléments de l’EIIL ont mené une attaque contre un barrage de ce groupe dans la Ghouta de l’Est, tué un élément et détenu huit autres. Ceci a démontré que la guerre entre les groupes radicaux terroristes s’est étendue vers la Ghouta de l’Est. Sachant que 800 combattants de l’EIIL opèrent dans la province de Damas, comme dans le camp Yarmouk et al - Hajar el - Aswad, et reçoivent leurs aides du nord syrien, où l’EIIL contrôle la province de Raqqa et des parties de la province nord et Est d’Alep, ainsi que plusieurs régions de la province de Deir ezzor. Dans la province sud de la capitale, à Beit Sehm, 55 miliciens se sont livrés à l’armée syrienne. En même temps, un groupe armé s’est infiltré dans la région Taslim et ouvert le feu sur les miliciens qui voulaient de rendre à la commission de la réconciliation. Un membre de la commission a été blessé.

De violents affrontements ont opposé vendredi soir le front al - nosra aux factions de l’armée syrienne libre sur fonds de l’assassinat du commandant de la brigade Hittine suite à une réconciliation à Bibla. Par ailleurs, des unités de l’armée ont saboté une tentative d’infiltration des miliciens de l’armée de l’islam sur l’axe Jobar - Abbas. Ces terroristes cherchaient à faire sauter un bâtiment de l’armée et ouvrir une brèche afin de s’infiltrer dans la capitale Damas. Une source militaire a indiqué au journal al - Akhbar que le nombre des morts de l’armée de l’islam a dépassé les 100 personnes et des dizaines de blessés.

34 martyrs à Hama

Dans la province de Hama, une explosion à la voiture piégée a secoué le village al - Horra provoquant la mort de 34 civils et 50 blessés. Le « Front islamique» a revendiqué l’attentat et prétendu avoir visé les « mercenaires de l’armée».

A Deir Ezzor, l’EIIL a pris le contrôle de Boulil au sud Est de la province et la région avoisinante de Mouhassan. L’EIIL a assassiné le commandant de « la brigade Mohammad» appartenant aux « brigades des fils du Messager», Hassan Hafez.

A Alep, les combats ont reculé dans la ville et sa province. Toutefois, les violents combats se sont concentrés à l’ouest de la prison centrale d’Alep et au sud du Mont Azzan dans la province du Sud. Des unités de l’armée ont repoussé deux attaques terroristes contre des points militaires près de la prison centrale et le village de Breij. Au moins 14 miliciens ont trouvé la mort, selon une source militaire.

Pour sa part, la chambre d’opérations de Cham a annoncé la mort de quatre miliciens sur le front Jawiya - Zahraa ainsi que trois autres dans le bombardement de la région Asie à l’ouest de Hreitane.

Par ailleurs, la chambre d’opération commune des habitants de Cham a déclaré dans un communiqué qu’elle ne participe plus aux opérations communes de 13 groupes armés au nom de « la chambre d’opérations du Sud» pour stopper l’avancée des forces armées dans les villages du sud d’Alep.

Pendant ce temps, des activistes ont accusé le front des révolutionnaires de la Syrie d’avoir mis la main sur des dépôts d’armes et de munitions à Amiriya consacrés au front du sud d’Alep, ce qui a provoqué leurs défaites dans les batailles. Dans ce contexte, l’EIIL a déclaré le début des opérations militaires contre « les renégats et les combattants» de l’armée libre dans la province Est d’Alep. Le groupe a appelé les habitants à quitter leurs villages dans les 48 heures afin d’entamer ses opérations militaires.