L ' Iran et le Nigeria ont fait exception au déluge de buts qui s ' abat sur le Brésildepuis le début du Mondial en signant lundi 16 juin à Curitiba le premier match nul(0-0) de la compétition, un résultat aux airs de faux - pas pour les champions d ' Afrique.

Face à l ' adversaire supposément le plus faible du groupe F, les Nigérians ont eu le ballon mais se sont heurtés à une équipe iranienne ultracompacte et qui a arraché un nul mérité à l ' Arena da Baixada. Le public était venu pour voir des buts, grisé par le festival offensif déployé ces derniers jours? Il n ' a vu qu ' un match physique, pauvre en occasions, que le Nigeria devait gagner et que l ' Iran se réjouira sans doute de n ' avoir pas perdu.L ' IRAN PROCHE DU HOLD - UPC ' est peu dire que lesSuper Eaglesne se sont pas rassurés sur leur état de forme avant d ' affronter la Bosnie - Herzégovine puis l ' Argentine de Lionel Messi, actuel leader de la poule après son succès contre les joueurs des Balkans(2-1). Pourtant, les Nigérians ont eu le ballon et auraient sans doute pu, avec un peu plus d ' allant, ouvrir rapidement la marque par Ogenyi Onazi si ce dernier n ' avait pas trop croisé sa frappe(9e). Limité techniquement, l ' Iran s ' est longtemps contenté d ' attendre dans son camp, avec le seul Reza Ghoochannejad envoyé au charbon en attaque. C ' est d ' ailleurs ce dernier qui a eu la meilleure occasion de la première période: sur un corner, il a placé une tête à bout portant que le gardien lillois Vincent Enyeama a repoussée d ' une parade réflexe(35e). Après le repos, les Nigérians se sont trop précipités et l ' Iran a même commencé àcroire au hold - up lorsque Ghoochannejad a adressé deux belles frappes qui ont frôlé le cadre(50e, 63e). Shola Ameobi(71e, 90e) ou Onazi(76e) ont certes tenté d ' arracher la victoire mais le Nigeria ne méritait sans doute pas mieux que ce nul, qui ravira le camp iranien venu au Brésil chercher des motifs de« fierté».