Les militants du Bloc québécois ont décidé qu ' il était temps d ' un virage pour le parti. Les bloquistes ont élu le militant Mario Beaulieu à la tête de leur formation, samedi. Militants indépendantistes de carrière, fervent défenseur de la langue française, M. Beaulieu promet de remettre la souveraineté au premier plan du combat du Bloc. Et d ' entrée de jeu, samedi, le nouveau chef a durci le ton.
Le défi est«immense», a consenti M. Beaulieu sur la scène du National, à Montréal, mais le Bloc sera le«moteur de la relance du mouvement indépendantiste»a promis le nouveau chef.«Je suis là pour vous, pour faire avancer notre cause commune. Faire du Québec une nation libre comme les 193 autres pays indépendants dans le monde», a scandé Mario Beaulieu à ses partisans ravis d ' accéder à la tête du Bloc québécois. Les Québécois envoient 45 milliards en impôt à Ottawa chaque année. C ' est assez, a argué le nouveau chef bloquiste, qui a été élu par 53,5 % des membres bloquistes qui ont fait leur choix lors d ' un vote téléphonique cette semaine.«Seule l ' indépendance peut nous permettre de contrôler l ' ensemble de nos leviers économiques et établir des politiques financières cohérentes en fonction de nos priorités.[…]Arrêtons de payer pour une bureaucratie qui ne nous sert pas. Nous ne voulons plus aucun chèque du gouvernement fédéral. Nous ne voulons plus envoyer l ' argent des Québécois à Ottawa. Nous ne voulons plus être locataires, mais être propriétaires de notre propre pays!», a fait valoir M. Beaulieu, accueilli des cris de ses partisans.