Fermez les yeux et imaginez l’impossible : un train qui permettrait de passer de Pékin à Vancouver, puis Chicago, Toronto et Montréal en deux à trois jours à peine. À très grande vitesse. Et en passant dans un tunnel sous-marin en dessous des eaux glacées du détroit de Béring, entre la Russie et l’Alaska, dont la longueur équivaudrait à quatre fois celle du tunnel sous la Manche. Loufoque ? Pas pour le gouvernement de Xi Jinping, qui, la semaine dernière, a remis sérieusement ce projet d’« Occident Express » sur les rails par la voix d’un de ses spécialistes de l’ingénierie des transports, Wang Mengshu, membre de l’Académie chinoise de génie civil. Dans les pages du quotidien national sous contrôle du gouvernement Beijing Times, l’homme prétend d’ailleurs que des discussions sont en cours entre les États se retrouvant sur le trajet. La diplomatie canadienne assure toutefois ne pas en avoir entendu parler. Pour le moment.«Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada n’ont pas été informés de ce projet», a résumé mardi un porte - parole du ministère fédéral contacté parLe Devoir, sans plus de détails. N’empêche, pour Wang Mengshu, ce futur lien ferroviaire, même s’il peut être long à concrétiser, n’en demeure pas moins à la portée des deux continents en raison des avancées technologiques permettant d’imaginer cette ligne, tout comme le tunnel sous - marin dont elle va avoir besoin.«Dans le passé, les technologies en matière de construction de tunnels n’étaient pas assez avancées pour permettre la réalisation de ce projet, explique - t - il.Le développement rapide des techniques d’ingénierie rend maintenant possible un tunnel sous le détroit de Béring.»Plusieurs demandes d’entrevues adressées à l’ingénieur chinois parLe Devoirsont restées lettre morte. 13 000 km à 350 km / h Baptisée « China Russia Canada America Line», cette ligne de train envisagée devrait avoir une longueur de 13 000 km, soit 3000 km de plus que le Transsibérien qui relie actuellement Moscou à Vladivostok. Partant du nord - est de l’Empire du Milieu, précise le quotidien sous influence étatique, elle atteindrait le continent américain en franchissant le détroit de Béring, séparant la Sibérie de l’Alaska, passerait par la côte ouest canadienne pour gagner le reste des États - Unis. 37 heures seraient nécessaires pour avaler ses kilomètres de rails, dans une rame à très grande vitesse pouvant atteindre une moyenne de 350 km / h. LeChina Daily, organe de presse également sous contrôle de l’État chinois, précise d’ailleurs que la technologie permettant de creuser les quelque 200 km de tunnel sous la mer de Béring existe déjà. Elle va d’ailleurs être utilisée pour la construction d’un lien sous - marin autoroutier reliant la province du Fujian à Taïwan. Le quotidien prétend que le tunnel ferroviaire intercontinental de la « China Russia Canada America Line» sera financé par Pékin et précise que plusieurs détails du projet restent encore«à compléter». Le coût de cette seule infrastructure est évalué, à l’étape théorique des travaux, à 200 milliards de dollars. Nouvelle route de la soie L’idée d’une ligne de train reliant l’Asie à l’Amérique du Nord s’inscrit dans les plans ferroviaires du gouvernement chinois qui compte en partie sur ce mode de transport pour assurer l’avenir de son développement économique, mais également pour faciliter les échanges de marchandises avec le reste du monde. Une«nouvelle route de la soie», comme on l’appelle parfois, se profile d’ailleurs avec la construction d’un vaste réseau de train à grande vitesse connectant la Chine à l’Europe. La ligne vers le continent américain complète la vision de l’Empire du Milieu, vision qui repose sur un tunnel, celui de Béring, dont la construction est évoquée de manière récurrente depuis le XIXe siècle. En 2007, la Russie a redonné de la résonance à ce projet à l’occasion d’une conférence à Moscou. Plusieurs pays, dont le Canada, y ont été invités à financer les études de faisabilité de ce projet qui, à terme, pourrait faciliter l’accès aux ressources naturelles encore inexploitées de la Sibérie orientale. Il est question ici de métaux rares, prisés par les nouvelles technologies, et d’hydrocarbures. Pour le moment, aucun échéancier précis n’a été évoqué pour cette ligne ferroviaire qui mettrait Pékin à portée de train de la côte ouest canado-américaine. Le prix d’un aller simple entre la capitale chinoise et Vancouver n’a pas non plus été précisé.