Silvio Berlusconi a signé mercredi 23 avril à Milan les 12 règles qu'il devra respecter pendant qu'il purgera sous forme de travaux d'intérêt général sa condamnation à un an pour fraude fiscale. L'ex-chef du gouvernement italien s'est rendu en fin d'après-midi dans le bureau de la directrice de l'application des peines (UEPE), Severina Panarello, pour apposer son paraphe à un document officiel contenant toutes ces conditions. L'ex-Cavaliere devra passer un jour par semaine auprès de personnes âgées dans une fondation située non loin de Milan, à Cesano Boscone. Au cours de l'entretien qu'il a eu avec la directrice de l'UEPE, celle-ci a notamment évalué la compatibilité des conditions posées avec l'activité politique de Silvio Berlusconi. Ce dernier entend participer très activement à la campagne de son parti de centre droit, Forza Italia, pour les élections européennes du 25 mai. Voici les "12 commandements" qu'il devra respecter, d'après les informations communiquées par La Republicca:
  • Tu signeras le décret devant l ' office de l ' application des peines
  • Tu resteras en permanence à disposition de cet office
  • Tu indiqueras ton lieu fixe de résidence
  • Tu ne t ' éloigneras pas de la Lombardie(du mardi au jeudi, tu pourras quand même te rendre dans tes appartements du Palazzo Grazioli à Rome pour tes activités politiques)
  • Tu t ' abstiendras de toute sortie nocturne
  • Tu travailleras selon les termes définis dans la structure à laquelle tu es affilié
  • Tu t ' abstiendras de fréquenter des personnes condamnées ou toxicomanes ainsi que les lieux où il serait possible d ' en rencontrer
  • Tu respecteras un couvre - feu de 23h a 6h
  • Tu resteras à disposition des forces de l ' ordre
  • Tu rempliras tes obligations familiales
  • Tu auras toujours sur toi le décret fixant ces obligations
  • Tu pourras quitter la Lombardie si l ' office d ' application des peines, qui communiquera sa décision au tribunal de surveillance, t ' en donne l ' autorisation
A sa sortie de l'UEPE, Silvio Berlusconi a confirmé avoir "signé les dispositions prévues", selon lesquelles il devra aussi demander des autorisations à chaque fois qu'il voudra se rendre hors de Milan ou Rome. Interrogé pour savoir si ces contraintes pourraient être une entrave à sa campagne pour les européennes, il a répondu: "j'espère bien que non".