«Lorsque la Russie est menacée, elle ne s’énerve pas, elle se concentre.» Proverbe russe
Les événements de Crimée(et, auparavant, de Syrie) marquent un tournant majeur dans l’évolution des relations internationales, la fin d’un système dominé par la seule superpuissance américaine et la naissance d’un nouvel ordre mondial dans lequel les nations et les peuples pourront jouer un rôle plus actif, à la fois grâce à l’émergence de nouvelles puissances mondiales et régionales telles que la Russie, la Chine, l’Iran, le Venezuela, etc., mais également, au niveau des simples individus, grâce à l’émergence d’Internet, qui a retiré aux médias dominants non seulement leur monopole, mais bien leur préséance au niveau de l’information – et sans contrôle de l’information, le contrôle de l’opinion publique, sa «manufacture» pour reprendre le mot de Noam Chomsky et Edward S. Hernan, est beaucoup plus malaisé. Comme le rappelait le Saqr, la presse soviétique était beaucoup plus pluraliste, plus diversifiée et plus digne de confiance que les principaux médias occidentaux actuels… Dans les mauvais jours de l’URSS, c’était tout simple: il y avait la censure d’Etat. Mais il n’y a pas de censure d’Etat à l’Ouest, il n’y a pas de Glavlit ni de Goskomizdat, et pourtant la presse occidentale est beaucoup plus monolithique et malhonnête que la presse de parti officielle de l’URSS elle - même. Mais il y a une différence essentielle entre l’URSS et l’Empire Anglo - Sioniste actuel: Internet. Pour le dire simplement, l’Internet est le seul média global qui n’est contrôlé ni par les gouvernements ni par les entreprises(ce qui est en fait la même chose). Oui, de nombreuses tentatives sont menées à la fois par les gouvernements et les entreprises pour changer cette situation, mais du moins pour le moment, l’information circule librement sur Internet. Cela introduit des changements extraordinaires: 1) un simple citoyen ayant un revenu minimal a désormais les moyens de s’opposer significativement aux mensonges des grandes entreprises ou même des gouvernements: le cas d’Alain Soral en France est typique de cette tendance révolutionnaire; 2) la résistance à l’Empire est désormais géographiquement décentralisée, comme ce blog l’illustre si bien avec l’incroyable diversité de ses lecteurs; 3) l’information ne peut tout simplement pas être supprimée: le monde a appris les massacres et les atrocités commises par les insurgés wahhabites en Syrie malgré le fait que les grands médias se soient efforcés de les ignorer; 4) des documents gouvernementaux classifiés de niveau moyen sont accessibles pour diverses personnes qui peuvent alors les révéler sans que personne ne puisse les arrêter(Assange, Snowden, Manning); 5) un nombre croissant de personnes rompent leur exposition aux médias d’entreprise qui subsistent aujourd’hui principalement grâce à des subventions gouvernementales; 6) même ceux qui regardent encore la télévision ou lisent la presse sont conscients du fait qu’on leur ment.» Le système de domination mondial, et son outil principal qu’est le mensonge, sont arrivés à bout de souffle par leur déchaînement même. Les fables grotesques des années post - soviétiques continuent à être «vendues», mais elles ne s’ «achètent» plus, pour reprendre le mot des Inconnus au sujet de L’Humanité, et la prostitution, qu’il s’agisse de celle des médias dominants ou de celle des valets européens envers leur maître américain, ne paie plus comme le montre actuellement la victoire symbolique de la Russie au sommet de Genève, qui a imposé sa présence à la table des négociations sur le dossier ukrainien, ce qui était catégoriquement refusé auparavant par les Etats - Unis. Le vent tourne, non plus dans le sens de la mondialisation mais de la re - souverainisation des Nations, et nous vivons vraiment en des temps où l’espoir d’un monde meilleur n’est plus vain, comme le montre Le Saqr: «Tout cela signifie que nous vivons dans une nouvelle réalité dans laquelle l’Empire mondial Anglo - Sioniste se voit maintenant activement affronté par une résistance mondiale qui ne connaît pas de frontières, pas de nationalités et pas de religions: des gens de différents pays, de différentes nations et de différentes religions s’unissent contre un hégémon commun et pas seulement en théorie comme dans le slogan ‘‘Prolétaires de tous les pays, unissez - vous!’’, mais de manière réelle et effective, et ils collaborent activement les uns avec les autres. C’est à cette résistance mondiale à l’Empire que Poutine a adressé son discours. Bien sûr, il s’adressait principalement aux peuples de Russie, de Crimée et d’Ukraine, mais il visait également au - delà, tendant la main à tous ceux qui – probablement des millions de personnes – feraient l’effort de l’écouter sur YouTube ou de lire une retranscription de son discours. Parce qu’il est évident que tout cela est beaucoup plus qu’une simple lutte de pouvoir autour d’une petite péninsule de la mer Noire: hier, pour la première fois, un chef puissant et déterminé a ouvertement dit à l’Empire: ‘‘Nous vous connaissons, nous comprenons ce que vous essayez de faire, et nous n’allons pas vous laisser le faire. En réalité, nous rejetons tout ce que vous représentez et nous ne vous laisserons jamais régner sur la planète. Et aujourd’hui, nous avons les moyens de vous arrêter!’’(…) Je pense que nous entrons dans une nouvelle ère que nous étions nombreux à espérer depuis bien longtemps. Une ère où une résistance qui était seulement locale a enfin trouvé un leader capable non pas de la commander, non, mais capable de la représenter et de l’inspirer. Je ne pense vraiment pas que Poutine l’ait voulu. Il aurait bien plutôt souhaité être à la place du président chinois Xi Jinping qui soutient totalement Poutine, mais qui préfère éviter une confrontation ouverte avec l’Empire, au moins jusqu’au moment où la Chine deviendra vraiment puissante. L’Iran et le Hezbollah ont ouvertement résisté depuis de nombreuses années, mais ils n’avaient tout simplement pas les moyens d’avoir une influence au - delà du Moyen - Orient. Quant à la résistance en Amérique latine(Venezuela, Équateur, Cuba, Nicaragua, Bolivie), elle n’a pas été en mesure de traiter efficacement avec les dirigeants plus tièdes ou hésitants(Brésil, Chili, Argentine) ou avec les purs États fantoches des États - Unis(Colombie). Pour donner un exemple, le récent vote au Conseil de sécurité de l’ONU dans lequel seule la Chine s’est abstenue et tous les autres membres ont voté contre la Russie tend à montrer qu’à l’échelle mondiale, la Russie est seule et qu’aucun dirigeant au monde n’a le courage de se tenir ouvertement à côté de Poutine.» Nous pouvons nuancer ce propos en suggérant plutôt qu’aujourd’hui, chaque continent, chaque référent idéologique possède son modèle d’indépendance, de souveraineté et de défense des valeurs traditionnelles derrière lesquels tous peuvent s’unir – patriotes, socialistes authentiques(on rougit d’utiliser ce mot aujourd’hui, vidé de toute substance & avili par le parti au pouvoir), croyants, etc., ces catégories n’étant en aucune façon mutuellement exclusives – pour résister contre le modèle de domination impérialiste et capitaliste qui veut s’imposer au monde. Les illustres exemples qui ont fait date dans l’histoire(Cuba, Vietnam, Iran, Liban, etc., et maintenant Russie…) vont vraisemblablement de plus en plus se rapprocher, faire des émules, unir les peuples sous la bannière de la résistance – que ce soit les patriotes de tous pays, ou les croyants, notamment chrétiens et musulmans qui attendent tous deux la venue du Messie et du Mahdi pour unir leurs rangs et sinon établir la paix universelle & perpétuelle, comme l’a évoqué Hugo Chavez, du moins sonner le glas de l’Empire. Le vote récent de l’Assemblée Générale des Nations Unies(100 pays condamnant comme illégale l’annexion de la Crimée, 11 pays s’y opposant et 58 abstentions!) confirme cette lueur d’espoir, indiquant cependant toute l’étendue du chemin qui reste à parcourir. Aujourd’hui encore, le soleil se lève à l’Est…