" Elles se prostituent désormais en public et se font même photographier en train de s’adonner aux plaisirs de Bouche.
C’est une révélation du site Tunisie-Secret (1) sur lequel on peut découvrir comment les femmes tunisiennes en question osent enfin briser les tabous ancestraux, les chapes de plomb insupportables, le joug pesant et les carcans terribles d’une société traditionnelle sclérosée par le fardeau millénaire d’une religion obscurantiste. EXTRAITS DE L’ARTICLE DE TS: « En 2004, elle est l’initiatrice d’une pétition appelant George W.Bush à l’ingérence en Tunisie, qui a été signée par plusieurs intellectuels et acteurs de la société dite civile. » « De ses relations fraternelles avec les néoconservateurs américains, Neila Hachicha ne s’en est jamais cachée. Pas même de ses rapports avec Paul Wolfowitz, le secrétaire d’Etat adjoint à la Défense (2001-2005), dans le gouvernement du criminel de guerre George W.Bush, puis président de la Banque mondiale (2005-2007), poste d’où il a été viré suite à son implication dans une affaire de népotisme et de corruption. Comme Sihem Ben Sédrine [égérie de la "révolution tunisienne], elle a soutenu la croisade de Bush en Irak, qui a fait 1,5 millions de morts, génocide dont personne ne parle ! » « Depuis la « révolution » américano-qatarie en Tunisie, Neila [Charchour] a rejoint le parti Afek Tounes. Elle y milite avec ferveur, mais sans perdre de vue son activité préférée : le collaborationnisme US. Sa dernière mission au service de la nouvelle puissance colonisatrice, l’organisation d’une formation au George W. Bush Presidential Center au Texas, de 17 tunisiennes. Selon Business News du 18 mars 2014, « Pendant un an, dont 5 semaines de séjour aux Etats-Unis, ces Tunisiennes développeront, au Bush Center, leur capacité à diriger pour qu’elles soient prêtes à créer, à leur retour, un changement durable dans leur pays. ». » « Le 15 mars dernier, les participantes à ce stage de formatage, dont on peut deviner les objectifs, ont rencontré le couple Bush dans sa demeure à Dallas. Elles sont : Dorra Yahyaoui, Afràa Fdhil, Amira Achouri, Amira Mlik, Asma Ahmadi, Dalel Krichen, Emna Ben Mustapha Ben Arab, Fedia Chabbeh, Frida Ben Attia, Hajer Hmila Mrad, Imane Mansouri, Miriam Ben Ghazi, Nadia Bach Hamba, Neila Charchour Hachicha, Nesrine Abidi, Sabrine Ben Ali et Sarah Ben Bahia. Quant à Lina Ben Mhenni ou Fatma Riahi, ou encore Sarah Ben Hamadi, elles n’ont plus besoin de ce genre de formation US ! »