L ' ex - ministre écologiste accuse le chef de l ' État de mener une politique du verbe sans passer aux actes. Mais elle rejoint Emmanuelle Cosse dans sa volonté qu ' EELV reste un parti de gouvernement.

Après le refus d ' intégrer le gouvernement Valls, vient le temps des critiques. Réunis au sein du conseil fédéral d ' Europe - Ecologie - Les Verts(EELV) à Paris, les écologistes se sont succédé à la tribune pour justifier leur décision de quitter la bateau, et définir le cap à suivre au sein de la majorité. Si les reproches ont fusé contre François Hollande, accusé de ne pas tenir ses engagements écologiques, une chose est certaine: «Nous reviendrons un jour au gouvernement, pas pour nous faire plaisir, mais parce que la France a besoin d ' écologie et pour faire de l ' écologie, il faut des écologistes», a assuré la patronne du parti Emmanuelle Cosse. Le point sur les principales déclarations de cette journée:

Hollande n ' est pas passé de la parole aux actes

Devant les militants EELV, l ' ex - ministre écologiste du Logement Cécile Duflot a assuré qu ' elle est rentrée au gouvernement confiante sur la capacité de François Hollande a tenir ses engagements en matière d ' écologie. «Je suis celle qui a qualifié le discours du président de la République à la conférence environnementale de septembre 2012 ‘d ' historique et infiniment émouvant à entendre pour une écologiste '», a - t - elle déclaré devant le pupitre EELV. Avant de déchanter: «Mais j ' ai payé pour savoir que pour certains, les mots ont vocation à rester des mots. Je fais le triste constat que c ' est aussi cela qui a été sanctionné par les Français dimanche, une politique où le verbe et la ‘com ' sont plus que les actes.»

EELV «reviendra un jour au gouvernement»

Les écologistes ont refusé d ' entrer dans le gouvernement de Manuel Valls. Mais ils ne tirent pas pour autant une croix définitive sur les postes ministériels. «Je vous le dis, nous reviendrons un jour au gouvernement, pas pour nous faire plaisir, mais parce que la France a besoin d ' écologie et pour faire de l ' écologie, il faut des écologistes», a assuré la secrétaire nationale d ' Europe Ecologie - Les verts, Emmanuelle Cosse. «Nous sommes un parti de gouvernement», a - t - elle d ' ailleurs lancé, soulignant que les écologistes continueraient à «rappeler aux socialistes leurs promesses et leurs responsabilités». Une position relayée par Cécile Duflot: «Le pouvoir, les écologistes ont vocation à l ' exercer pour faire prendre un autre cours à l ' histoire de notre pays», a estimé l ' ex - ministre du Logement. «Je continue plus que jamais de défendre le principe de participation à un gouvernement. Je souhaite un jour faire part de mon expérience aux quatre, cinq, dix membres écologistes d ' un futur gouvernement, dans un rapport de force différent.»

La mise en garde contre un éventuel abandon de l ' écotaxe

A peine installée dans ses nouvelles fonctions, la ministre de l ' Ecologie Ségolène Royal s ' est prononcée jeudi en faveur d ' une «remise à plat» de l ' écotaxe, et de la recherche d ' alternatives pour financer les infrastructures de transport. «L ' écologie ne doit pas être punitive et on ne doit pas taxer des gens s ' ils n ' ont pas le choix de prendre le transport propre», s ' est - elle justifiée. «L ' écologie ne doit pas être punitive, c ' est vrai, a rétorqué Emmanuelle Cosse devant les militants écologistes. C ' est l ' absence d ' écologie qui est une punition.»

L ' absence des Verts au gouvernement approuvée par 56% des Français

Si la décision de na pas participer au gouvernement Valls était loin de faire l'unanimité au sein du parti, elle est approuvée par les Français. Un peu plus d'une personnes sur deux (56%) pense que l'absence de ministres Verts au gouvernement, est «une bonne chose», selon un sondage BVA-I>télé-CQFD et le Parisien/Aujourd'hui-en-France publié ce samedi. Dans ce même sondage, 69% des personnes interrogées pensent que le nouveau gouvernement mènera «la même politique» que le précédent, 26% estiment qu'il mènera une «meilleure politique, 4% «une moins bonne». «Nos récents sondages nous ont montré combien les Français étaient las des incessantes critiques des écologistes contre les socialistes», relève Céline Bracq, directrice de BVA opinion.