Washington a ciblé jeudi plusieurs personnes qu'il dit soupçonner de contourner les sanctions existantes sur le nucléaire iranien, un geste de total déconnection alors qu'il vient de signer un accord intérimaire nucléaire avec l'Iran. De nombreux parlementaires américains, méfiants vis-à-vis des dirigeants iraniens et sceptiques devant l'accord intérimaire du 24 novembre à Genève, envisagent de nouvelles sanctions économiques pour forcer Téhéran à signer un accord final qui inclurait l'abandon du droit à l'enrichissement d'uranium. La Maison-Blanche et le département d'État entendent au contraire respecter à la lettre l'accord de Genève, qui stipule que les grandes puissances du P5+1 ne renforceront pas leurs sanctions pendant six mois et en suspendront même une petite partie.