L ' ex - président Nicolas Sarkozy sera - t - il de retour en politique pour ۲۰۱۷? Ce mercredi, un sondage montre que près de la moitié des Français le préfèreraient à François Hollande. Les internautes duFigaroen débattent.

On l ' a vu, tout sourire, échanger avec François Hollande en Afrique du Sud. Nicolas Sarkozy revient à la Une des médias… pour mieux(re) conquérir l ' Élysée? C ' est en tout cas ce que souhaitent ۷۱% des sympathisants UMP, selon un sondage IFOP pour Le Figaro publié ce mercredi. ٤٦% des sondés préféreraient même l ' avoir comme président de la République contre ۲۷% àFrançois Hollande. Un avis que défendent certains internautes duFigarocommeLouis Sergent: «Je ne vois pas d ' autre homme ou femme qui soit à la hauteur pour manager le pays.» «Il est le seul capable d ' assurer l ' avenir de la France», renchéritFrançois S. De ses récentes apparitions publiques, certains commentateurs retiennent l ' image d ' un homme d ' État à forte stature: «Apparaissant aux côtés de François Hollande, lors des cérémonies en l ' honneur de Nelson Mandela, Nicolas Sarkozy est apparu très digne, et à l ' aise. Respectueux de la préséance du président en fonction, mais sans obséquiosité. Bref, prêt pour le retour», affirmeVonvon۰۰۱۰۰۱. «Il n ' y a aucun autre leader à droite», ajoute Jean - Claude Auclin.Morgane Gest sur la même longueur d ' onde concernant cet éventuel retour: «Mille fois oui! Qui d ' autre peut représenter l ' UMP? Copé et Fillon? Non merci.»

«Sarkozy est l ' homme du passé»

Au contraire, rétorque Wilfrid Chaperon, «si alternance politique il y a en ۲۰۱۷, il doit avoir l ' humilité de se mettre en retrait. Copé, Fillon et surtout Juppé sont de bien meilleures options.» «Il faut une nouvelle personnalité à droite», lance Olivier۱۲۳٤۵٦, vite rejoint parLoris G: «Je préfèrerais que d ' autres têtes s ' affirment: Fillon, Juppé ou Wauquiez.»Carlos Da d ' autres noms à l ' esprit: «Bruno Lemaire, Christine Lagarde… Voilà des personnes nouvelles!» «Sarkozy est à la fois l ' homme du passé et ‘du passif '», regrette aussi Wilfrid Chaperon. «Son bilan n ' a pas été à la hauteur de l ' espérance de changement que son élection en ۲۰۰۷ avait suscitée: explosion de la dette, immobilisme sur le plan des réformes tant économiques, sociales, que sociétales.» Grandkharma est du même avis: «Il a eu sa chance et n ' a rien fait pour la classe moyenne, à l ' instar du président actuel.» PourDeogratias, Nicolas Sarkozy a «manqué d ' humilité» lors de son quinquennat. «Mon grand reproche, ajoute Abracadabrix, c ' est qu ' il a promis trop de réformes de fond qu ' il n ' a pas menées à terme, faussant la vue d ' ensemble du quinquennat.» Stratégiquement, Christopherfan ne souhaite pas le retour de l ' ancien président: «La gauche a une telle haine envers lui qu ' elle lui pourrirait la vie comme elle déjà fait lors de son quinquennat. Il faudrait qu ' il soit extrêmement blindé pour supporter tous les affronts, tous les bâtons dans les roues que lui mettrait la gauche.»

«La division ne le servira pas»

Un nouveau parti pourrait - il faciliter son retour en politique? C ' est «la seule stratégie possible», insisteSylvie G.«Si Nicolas Sarkozy veut un parti qui incarne une France tournée vers l ' avenir, il lui est impossible de rester figé dans l ' UMP.» L ' idée fait des adeptes: «Je rendrai sans souci ma carte UMP pour cet éventuel nouveau groupe», déclareAurore A.«S ' il décide de créer un nouveau parti regroupant MoDem, UDI, UMP, les Verts de droite et les divers petits partis de droite, j ' adhère immédiatement», affirmeRobin B.Pierre A. est beaucoup moins enthousiaste: «Diviser la droite pour mieux la rassembler, je n ' y crois pas. Mieux vaut renforcer l ' UMP, avoir un programme clair et crédible, et ne pas jouer chacun pour soi.» «La division ne le servira pas, renchéritAbdoullatif K., il vaut mieux aller dans le sens de l ' organisation de primaires.» «Je voterai volontiers pour lui à une seule condition: qu ' il s ' engage à vraiment réformer la France», déclare Pierremiami. Jolain۲ND۰۰۱ espère «qu ' il aura le courage de prendre les mesures nécessaires pour remettre la France en face des réalités.» Pour certains, ce n ' est pas l ' homme qui compte, mais le programme: Machepro en est sûr, «c ' est de la politique alternative qu ' il faut d ' abord parler, plus que de l ' homme fantasmatique et providentiel qui résoudrait tous nos problèmes.»