Un sondage comparatif obtenu par La Presse lève le voile sur une véritable crise.
Dans le réseau de la santé, ۸۱% des membres du personnel soignant ont été victimes ou témoins de violence au cours de la dernière année, et dans ٦۰% des cas, il s ' agirait d ' actes de violence graves. Tout juste derrière, viennent les chauffeurs d ' autobus et les agents de la paix, dont la vie professionnelle n ' est guère plus facile avec des taux respectifs de ۸۰ et ۷۷%. Le Groupe d ' étude sur la violence au travail selon le sexe et le genre(VISAGE) de l ' Institut universitaire en santé mentale de Montréal s ' est intéressé à quelque ۳۰۰۰ employés jugés «à risque» des secteurs des affaires municipales, provinciales et sociales, afin de comparer leur exposition aux agressions physiques et verbales. Les autres professionnels de la santé, les gestionnaires, les employés des services d ' administration comme les secrétaires ou les réceptionnistes, et les travailleurs de métiers et du secteur des services complètent le sombre palmarès. «Plus les gens sont en contact avec le public, plus il y a de la violence», explique le chercheur responsable, Stéphane Guay. Lui - même s ' avoue surpris de l ' ampleur du phénomène. «Comme on s ' adressait à un milieu à risque, on s ' attendait à avoir des taux élevés, mais ۸۰%, c ' est beaucoup.» …