Quatre captifs palestiniens poursuivent leurs grève de la faim illimitée dans les prisons de l'occupation israélienne. Des sources locales ont déclaré, le lundi 25/11, que les prisonniers grévistes sont Akram Fassissi du village d'Athna, à l'ouest d'Al-khalil, et mène une grève de la faim depuis 29 Septembre dernier, Mohamed Bader et son frère Islam Bader qui mènent une grève de la faim depuis le 15 Novembre dernier, en plus du prisonnier jordanien Alaa Hamad qui est gréviste, depuis le 2 mai dernier, en contestation contre la détention administrative et les mesures arbitraires effectuées contre eux dans les prisons sionistes. Le prisonnier jordanien demande d'obliger l'occupant israélien de s'engager aux articles de l'accord signé avec les captifs jordaniens et négligé par l'administration pénitentiaire israélienne. Les prisonniers grévistes de la faim souffrent de la politique de la négligence médicale et médiatique, alors qu'un certain nombre d'entre eux ont réalisé des victoires dans cette bataille. D'autre part, la Fondation de la solidarité pour les droits de l'homme a déclaré qu'une organisation israélienne nommée: "Organisations des victimes des actions terroristes – Majour" a récemment demandé au gouvernement israélien de renoncer à l'accord signé avec le mouvement captif à l'issue de la grève de la faim d'avril 2012. La fondation a souligné dans un communiqué, le lundi 25/11, que l'organisation juive a fourni cette demande sous prétexte que les prisonniers ont violé l'accord et planifié pour effectuer des opérations de l'intérieur des prisons. Elle a ajouté que l'organisation "Majour" prétend que l'accord signé entre les prisonniers et le Shen Bet, en participation de l'administration pénitentiaire a permis aux prisonniers de planifier les opérations agressives de l'intérieur des prisons, selon ses allégations.