Assad ne compte pas aller à la conférence de paix de Genève-2 «pour remettre le pouvoir», comme le réclament l'opposition et ses alliés, a affirmé lundi le ministre de l'Information. «Nous n'irons pas à Genève pour remettre le pouvoir comme le souhaitent (Saoud) Al-Fayçal (chef de la diplomatie saoudienne) et certains opposants à l'étranger», a affirmé le ministre Omrane al-Zohbi dans des déclarations lundi soir à la télévision d'État reprises par l'agence officielle Sana. «Si c'était le cas, nous aurions remis le pouvoir à Damas même et nous nous serions épargnés l'effort et le prix du billet d'avion», a-t-il ironisé. «Le président Bachar al-Assad restera chef de l'État durant tous ces moments où ils (l'opposition et ces alliés) rêvent qu'il ne le soit plus», a encore ajouté M. Zohbi. «Ce qui se passera à Genève est une opération politique et non pas une remise de pouvoirs ou la formation d'une autorité transitoire. À ceux qui pensent autrement, nous leur conseillons de ne pas y assister pour qu'ils soient pas tournés en dérision par ceux présents», a précisé le ministre.