Washington a une nouvelle fois subi lundi la colère de pays européens visés par ses opérations d'espionnage, au moment où la présidente d'une puissante commission sénatoriale américaine annonçait un «réexamen» de telles pratiques.
Jour après jour, pays par pays, la polémique est nourrie par de nouvelles révélations sur l ' ampleur des mesures de surveillance des données électroniques par la NSA. Lundi, l ' Espagne était en première ligne. Selon le quotidien espagnolEl Mundo, la NSA a récemment espionné plus de ٦۰ millions d ' appels téléphoniques en un mois en Espagne, qui s ' ajouterait ainsi à la longue liste des pays européens espionnés, tels que la France et l ' Allemagne. «Ces pratiques, si elles sont avérées, sont inappropriées et inacceptables entre pays alliés et amis», a réagi le ministère espagnol des Affaires étrangères, où a été convoqué lundi l ' ambassadeur des États - Unis à Madrid.