La campagne électorale à Québec entre dans sa dernière étape. Déjà, des citoyens pourront s ' exprimer dès demain, jour du vote par anticipation. Les autres feront leur choix lors du scrutin officiel le ۳ novembre. Où logent Équipe Labeaume du maire sortant Régis Labeaume et Démocratie Québec de David Lemelin à une semaine du jour J? Résumé des grands thèmes sous forme d ' anatomie de la campagne.
Gros motsRégis Labeaume et David Lemelin n ' ont pas la langue dans leur poche, et les expressions colorées et autres attaques sarcastiques n ' ont pas manqué au cours de la campagne. Dès les premiers jours, M. Labeaume a utilisé deux fois plutôt qu ' une le terme menteur, ce à quoi M. Lemelin n ' a pas manqué de répliquer par «mythomane». Depuis, les deux chefs nous ont donné quelques belles perles, parfois dures, comme David Lemelin disant que le climat à Québec est «un peu comme en Corée du Nord», avant de reconnaître qu ' il y était allé un peu fort. D ' autres, plus ludiques, comme cette étrange expression visiblement inventée sur - le - champ par Régis Labeaume qui invitait ses adversaires à continuer à «se rouler dans le coconut».ArgentLa dette, les régimes de retraite, les taxes: les finances, le cash, les bidous ont été un thème majeur de la campagne qui s ' achève. De tous les sujets liés aux deniers publics, celui de la dette aura animé le plus les candidats à la mairie. Alors que Démocratie Québec a martelé que la Ville de Québec devait réduire les dépenses après la hausse de ۵۰۰ millions $ de dette depuis ۲۰۰۷, Régis Labeaume a répliqué que la dette a monté parce que son administration a investi dans les infrastructures. Quant aux taxes, Démocratie Québec promet de les geler en ۲۰۱٤. «Petite politique pour acheter des votes», a répliqué Régis Labeaume.Bras de ferRégis Labeaume avait annoncé qu ' il mènerait sa campagne sur le thème des relations de travail et de la lutte contre les déficits de retraite. Ce qu ' il a fait, soulevant l ' ire des syndicats avec un véritable bras de fer dont le ton n ' a cessé de monter depuis le début de la campagne, le ۲۰ septembre. Manifestations et poursuites des cols bleus ou encore un mandat de grève des cols blancs n ' ont pour l ' instant pas changé le plan de Régis Labeaume. Le ۳ novembre, il demande «un mandat fort» pour entamer, dit - il, une «petite révolution» qui obligera les élus provinciaux à changer les lois pour donner plus de pouvoir aux municipalités devant les syndicats. Mauvaise méthode, a martelé David Lemelin, qui se qualifie de «très haut partisan de la négociation».Coeur de la villeLe coeur de la ville, le centre - ville de Québec et les enjeux liés à la densification ont aussi animé la campagne électorale. David Lemelin veut mettre fin à ce qu ' il qualifie de «développement sauvage», cette volonté des promoteurs de changer le zonage pour construire plus haut. Régis Labeaume, lui, a maintenu que la façon dont son administration a conçu le développement ces dernières années est la bonne, notamment en ayant recours à des programmes particuliers d ' urbanisme et en ne craignant pas construire plus haut. Dans le quartier Montcalm, le référendum qui se tiendra le ۱۰ novembre sur le projet d ' immeuble de six étages coin Cartier et René - Lévesque a aussi teinté la lutte entre Anne Guérette de Démocratie Québec et Frédéric Poitras d ' Équipe Labeaume dans Cap - aux - Diamants.MobilitéAutoroutes, autobus, tramway, voiture, voies réservées: la mobilité a fait du chemin pendant la campagne. Si les deux partis ne disent pas non au fameux tramway, il devra être payé par les gouvernements provincial et fédéral. Et tous s ' entendent qu ' en attendant le tramway qui pourrait n ' entrer en gare que dans des décennies, il faut trouver des solutions à la congestion. D ' un côté Régis Labeaume a martelé que l ' élargissement de l ' autoroute Henri - IV est fondamental, mais pas les voies réservées. David Lemelin souhaite pour sa part voir davantage de voies réservées, mais n ' a pas identifié où lors d ' une entrevue éditoriale au Soleil. Démocratie Québec promet d ' injecter ۲۰ millions $ de plus dans le Réseau de transport de la Capitale(RTC). Augmenter le budget du RTC de ۵ % était déjà prévu pour ۲۰۱٤, a répliqué Régis Labeaume.Tête des pontsLe ۱۵ octobre, le parti Démocratie Québec annonce que s ' il est élu, il fera une priorité du réaménagement de la tête des ponts, véritable porte d ' entrée de la ville. Le projet de ۱,۵ milliard $ dont le ministère des Transports est le maître d ' oeuvre doit être remis à l ' avant - plan, a dit David Lemelin. La proposition fait bondir Équipe Labeaume, qui a tenu à répliquer par la bouche du conseiller qui quitte la politique, François Picard. «Ça fait deux, trois ans que je travaille là - dessus. Dire qu ' on ne fait rien, c ' est laisser croire à la population qu ' on a oublié ce secteur - là, ce qui n ' est pas le cas du tout», a - t - il lancé. Une chose est certaine, voilà un dossier en «tête» des priorités des deux partis.