Le Canada espionne - t - il ses citoyens?
L ' Association des libertés civiles de la Colombie - Britannique n ' en doute pas un instant. Elle a engagé mardi une poursuite contre le Centre de sécurité de télécommunications du Canada(CSTC), l ' équivalent canadien de la National Security Agency(NSA) américaine, alors que la question de la protection des données personnelles suscite polémique sur polémique dans le monde. Quatre mots pour comprendre.
EspionnageDans sa poursuite déposée en Cour suprême provinciale, l ' Association des libertés civiles de la Colombie - Britannique allègue que l ' interception des communications privées des Canadiens et la collecte de leurs métadonnées par le CSTC, qui nie toute transgression, sont inconstitutionnelles. Les activités de " surveillance gouvernementales sans contrôle " représentent une " grave menace " pour les libertés démocratiques, affirme l ' avocat Joseph Arvay. L ' Association demande que le CSTC ne se contente plus de l ' approbation du ministre de la Défense pour espionner les Canadiens. Elle devrait plutôt obtenir des mandats auprès des tribunaux. Dans son dernier rapport au Parlement canadien, en août dernier, l ' ancien commissaire du CSTC, Robert Décary, avait lui - même évoqué le fait que des Canadiens ont pu être espionnés par l ' agence fédérale.