D'ici 2018, le bouclier antimissile européen protégera l'ensemble de la population des pays membres de l'Otan, a déclaré mardi le secrétaire général de l'Alliance Anders Fogh Rasmussen. "Nous considérons la menace d'une attaque de missiles comme réelle, aussi avons-nous besoin d'un système de défense ad hoc. D'ici 2018, ce bouclier protégera l'ensemble de la population de l'Europe et des pays membres de l'Otan", a indiqué le responsable lors d'un entretien avec des journalistes russes à la veille d'une réunion des ministres de la Défense des pays membres de l'Otan et de celle du Conseil Russie-Otan. M.Rasmussen a souligné que le bouclier portait un caractère exclusivement défensif. "Aussi n'estimons-nous pas que la Russie nous croie simplement sur parole. Dans ce contexte, nous proposons de mettre au point deux centres de DCA, un russe et l'autre otanien qui pourraient échanger des informations, préparer des exercices conjoints, analyser des menaces extérieures", a déclaré le secrétaire général de l'Otan. Selon lui, la meilleure façon de faire découvrir à la Russie les vrais objectifs du bouclier européen, c'est de la faire y participer. "Nous sommes ouverts à la poursuite du dialogue et à répondre à toutes les questions que la Russie pourrait nous poser", a souligné M.Rasmussen.