Alors que la Russie dit soutenir une solution à l ' amiable entre l ' Iran et l ' Occident au sujet du nucléaire iranien, les signes d ' un profond mécontentent de Moscou se multiplient!!! quelques heures après la fin des pourparlers de Genève qui a abouti pour la premmière fois à la publication d ' un communiqué commun et aux commentaires plutôt optimistes de la partie occidentale, Riabkov, le vice ministre russe des AE a évoqué à la suprise générale que les pourparlers de Genève " ne garantissent pas les progrès futurs "!!
Il a affirmé que les pourparlers " auraient pu être meilleurs et que les divergences entre l ' Iran et l ' Occident sont des milliers de kilomètres tandis que des progès réalisés ne sont que quelques pas "! selon Riabkov, " la méfiance empêche tout accord entre l ' Iran et les occidentaux ". Après ces déclarations volontairement pessimistes, revoici Riabkov à nouveaux la manoeuvre avec des propos propres à nuire à la position iranienne aux pourparlers de Genève: cité par Bloomberg, Riabkov affirme: " il est probable que l ' Iran et les puissances parviennent à un accord selon lequel l ' Iran serait autorisé à enrichir son uranium à ۵%. en effet les six puissances présentes à ces pourparlers se sont concentrées toujours sur l ' enrichissement à ۵% car le programme nucléaire iranien avance toujours. … en l ' absence de confiance mutuelle, nous devrons nous focaliser sur des questions qui suscitent les plus amples inquiétudes(!!) " Mais en quoi les déclarations de M Riabkov son gênantes? d ' un commun accord, les parties présentes aux pourparlers avaient décidé en effet ne pas divulguer le contenu des débats mais M Riabkov semble avoir oublié son " oui " à cet accord collectif. La " révélation " de Riabkov sur l ' un des sujets les plus sensibles évoqués au cours des discussions à savoir le taux de l ' enrichissement mérite d ' autant plus réflexion que mêmes les américains ont tenu parole et on évité de divulguer le contenu des débats et les cadres de possibles accords. le négociateur en chef russe déclenche volontairement les spéculations sur le taux d ' enrichissement iranien au risque de nuire à la position de Téhéran. Riabkov semble aussi avoir visé l ' aile anti - entente iranienne qui en quête de nouveaux sujets cherche le moindre prétexte pour mettre en cause et critiquer la position de Rohani. ces jours - ci Et puis à quoi rime ce mot de " méfiance " si récurrent dans le discours de Riabkov si ce n ' est à anéantir le climat de semi confiance créé les ۱۵ et ۱٦ octobre à Genève? Visiblement la Russie ne serait pas trop contente, au contraire de ce qu ' elle affirme, de voir l ' Iran conclure un accord nucléaire avec les parties occidentales sur son dossier nucléaire. pour les analystes, il y a là la déception et la crainte d ' une puissance qui risque de perdre un " atout ", " un moyen de marchandage " avec ses pairs à travers une crise nucléaire iranienne qui a bien profité aux voisins de l ' Iran … maintenir le statut quo dans le dossier nucléaire iranien: