Pour le président du Conseil de discernement du bien de l’ordre islamique, la bonne foi s’avère la condition sine qua non aux négociations politiques.
L’Ayatollah Akbar Hachémi Rafsanjani a rappelé, lundi, lors d’une rencontre avec le chef du parti des socialistes du parlement européen, Hans Svoboda et la délégation qui l’accompagnait à Téhéran, qu’on attendait des pays européens d’œuvrer pour des négociations rationnelles au lieu de procéder à des mesures et méthodes irrationnelles telles que sanctions et intimidations. L’Ayatollah Hachémi Rafsanjani a considéré les aides chimiques des pays européens à Saddam Hussein, durant la guerre imposée à l’Iran, et la retenue dont l’Iran a fait preuve pour y faire face, comme un document historique pour la confiance de l’opinion publique mondiale. Le président du Conseil de discernement du bien de l’ordre islamique a évoqué la disponibilité de l’Iran, dans toutes les époques, à avoir un comportement juste et transparent vis - à - vis de toutes les parties occidentales. «L’Iran n’a jamais pensé et ne pense jamais à se procurer d’armes nucléaires.», a - t - il ponctué. Pour sa part, le parlementaire européen, Hans Svoboda a fait part des efforts du parlement européen dans le sens de la levée des sanctions anti - iraniennes. «Les premiers pas ont été franchis dans les récentes négociations avec les ۵ + ۱, si elles se fondent sur la bonne foi, un meilleur avenir se régnera dans l’ambiance politique du monde.», a - t - il souhaité.