Trois jours après que l’Arabie saoudite a refusé d’entrer au Conseil de sécurité de l’ONU, un haut responsable au Département d’Etat américain a fait part de la rencontre entre John Kerry et Saoud Al - Fayçal, lundi à Paris.
Les experts politiques croient que John Kerry a tenté, lors de sa rencontre avec Saoud Al - Fayçal, de soulager l’Arabie saoudite, en colère contre la décision de la Maison Blanche de ne plus attaquer la Syrie. Vendredi, l’Arabie saoudite a refusé d’entrer au Conseil de sécurité de l’ONU en protestation contre ce qu’elle a appelé « les politiques de deux poids deux mesures» de l’ONU. Selon les sources d’informations, cette démarche de Riyad fut en effet une réaction contre le refus des Etats - Unis d’attaquer la Syrie. Un responsable américain affirme que le ministre saoudien des Affaires étrangères, Saoud Al - Fayçal, a reçu, lundi à Paris, son homologue américain, John Kerry, dans sa résidence. « John Kerry et Saoud Al - Fayçal partageaient des points communs sur la fin de la crise syrienne et le rétablissement de la stabilité en Egypte mais ils étaient divisés sur la manière de la réalisation de ces objectifs», a - t - on appris par la même source. Un haut responsable américain auprès du Département d’Etat avait annoncé, avant la rencontre Kerry - Fayçal, que les deux hommes viseraient à mener un dialogue global et réel sur tous les points de divergences ainsi que sur les manières pouvant les réduire à néant.