« Je comprends qu ' une nouvelle réconciliation est en train de se concevoir aujourd ' hui avec les Iraniens».
C ' est le Ministre de la guerre israélien qui l ' a annoncé, à l ' antenne de la chaîne Blumberg. « Nous ne pouvons pas leur dire(dire aux américains) de ne pas le faire, puisque ça fait partie de ce qu ' on appelle ' ' essayer toutes les options ' '», a souligné Ehud Barak, et d ' ajouter: « mais cela doit se faire d ' une façon plus efficace et plus rapide, et il faut surtout se rappeler les erreurs survenues en Syrie. C ' est avec la fermeté que la partie américaine doit transmettre aux Iraniens un message en ce sens qu ' elle est très sérieuse, dans tout ce qu ' elle fait. Dans l ' interaction avec l ' Iran, il faut éviter d ' humilier ou d ' insulter ce pays et de lui causer des problèmes. Mais il faut dire à ce pays qu ' il doit, soit, arrêter son programme nucléaire, soit, en affronter les conséquences. Et cela doit se faire à huis clos; ce n ' est pas nécessaire de retracer publiquement la ligne rouge pour l ' Iran». En ce qui concerne l ' affaire syrienne, Ehud Barak a affirmé qu ' étant donné ce qui s ' est produit en rapport avec la Syrie, on pourrait dire que fixer la ligne rouge pour la Syrie n ' a pas été la meilleure option. « L ' accord de Genève a été bon pour la Syrie, permettant à Bachar Al - Assad de s ' acheter de la sécurité pour ٦ mois de plus. Je crois qu ' il ne pourra pas rester longtemps au pouvoir», a aussi affirmé Ehud Barak. Il a aussi prétendu être certain que le gouvernement Assad avait décrété le recours à l ' arme chimique. « Le fait que le conseil de sécurité ne peut rien faire à ce propos ne signifie pas que rien ne pourrait se faire. « Face à une crise comme la crise syrienne, il serait plus facile d ' aborder l ' affaire tant qu ' elle reste limitée», a affirmé Ehud Barak. Toujours au sujet de l ' Iran, Barak a affirmé que lorsqu ' Israël était sérieux, en disant que l ' Iran ne doit pas devenir nucléaire et que toutes les options restaient sur la table. «En rapport avec les négociations irano - américaines, il faut faire attention que la partie iranienne a l ' impression, d ' une part, que les Etats - Unis se sont affaiblis et de l ' autre, elle a l ' impression qu ' il faut faire quelque chose», a poursuivi le Ministre israélien. Parlant de l ' affaire syrienne, Ehud Barak a affirmé que les Etats - Unis devraient attendre les résultats de l ' interaction Kerry - Lavrov. Barak a pourtant affirmé que le gouvernement Assad devait être en tout cas renversé. « Les américains parlent beaucoup. Ils devraient parler moins et en coulisse. Mais en coulisse, ils doivent parler directement et clairement à l ' Iran. « Si l ' interaction russo - américaine se révèle efficace dans le cas syrien, cela pourrait influer sur l ' affaire iranienne», a affirmé Ehud Barak qui a terminé ainsi ses propos: « Les iraniens sont très compliqués et intelligents; il ne faut donc pas leur permettre d ' imposer leurs revendications au Président des Etats - Unis».