En nommant quatre nouvelles membres au Conseil du statut de la femme(CSF), Québec cherche à museler l’organisme dans le débat sur la Charte des valeurs québécoises, dénonce sa présidente Julie Miville - Dechêne.
En entrevue avecLe Devoiren après - midi jeudi, Mme Miville - Dechêne a dit percevoir ces nominations, dont elle n’a été informée que quelques minutes avant leur annonce, comme une prise de contrôle de l’organisme. «C’est pour cela que j’interviens. Depuis ٤۰ ans, le CSF avait le loisir de participer aux débats de société de façon non partisane. En toute indépendance. Ce que ça veut dire, c’est que le Conseil ne pourra pas participer au débat de société.» Dans un communiqué envoyé mercredi en fin de journée, Québec annonçait la nomination de Julie Latour, Leila Lesbet, Ann Longchamps et Lucie Martineau. Lucie Martineau est présidente du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec. Au lendemain du dévoilement de la Charte, elle se prononçait publiquement pour celle - ci. «Les fonctionnaires doivent refléter concrètement ces valeurs de neutralité», a - t - elle expliqué.