Le ministre des Affaires étrangères de l'Iran et le président du Parlement irakien Mohammad Javad Zarif et Oussama al- Najifi, respectivement, ont mis en garde dimanche sur la propagation du terrorisme, l'extrémisme et le conflit sectaire dans la région. Lors d'une réunion, en se concentrant sur la Syrie, Zarif a déclaré que "les conséquences et les menaces posées par la marée montante de l'extrémisme et le sectarisme sont pas limités aux pays de la région et, dans le cas où aucune mesure sérieuse n'est prise à ce sujet, ces phénomènes seront également étendues à d'autres régions du monde “. Zarif a accueilli un plan présenté par l'Irak destiné à résoudre la crise syrienne et a exprimé le soutien complet de la République islamique d'Iran à cette initiative à une solution politique du conflit que connaît le pays arabe. Quelques heures avant sa rencontre avec Zarif, Al- Najifi a tenu une réunion avec le président de l’Assemblée consultative islamique iranien (Majlis), Ali Larijani, qui a présenté la proposition de son pays à la Syrie. "L'Iran utilise sa capacité politique de parvenir à une sortie de la crise syrienne à travers des initiatives politiques. Nous consultations constructives et fructueuses au sujet avec nos partenaires dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations Unies ", a déclaré Zarif. Le chef de la diplomatie iranienne a mis en évidence la position commune de Téhéran et Bagdad sur la nécessité de prévenir une agression contre la Syrie et a déclaré que "le régime israélien est le seul bénéficiaire de l'aventurisme militaire dans la région." Pour sa part, Al-Najifi a fait référence à la situation compliquée dans la région qui a ses racines dans l'intensification du terrorisme et de l'extrémisme et a demandé des réunions entre les parlements et les ministères des affaires étrangères de l'Iran et de l'Irak, en tant que deux pays influents la zone. Le président du Parlement irakien a fait allusion aux négociations menées avec les autorités turques sur son récent voyage à Ankara sur la Syrie et a souhaité que tous les pays s'efforcent de convaincre toutes les parties impliquées dans le conflit syrien pour revenir à la table de dialogue. Il a également souligné les relations fraternelles et amicales entre l'Iran et l'Irak et les tentatives de la nouvelle administration perse régional et de la zone internationale de maintenir une interaction constructive avec d'autres nations et d'arrêter les problèmes de la région avec une diplomatie fondée sur la prudence. Al-Najifi est arrivé samedi à Téhéran, capitale de l'Iran, de rencontrer les autorités du persan et de discuter de questions bilatérales et régionales, en particulier la situation en Syrie. Il est prévu de rencontrer le président Hassan Rohani et secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale Ali Shamkhani.