c'est le moins qu'on puisse dire le plan russe du contrôle d'armementrs chimiques syrien par l'ONU a non seulement pris de court les Etats Unis et leurs alliés mais encore a sursurpris l'opposition pro occidentale anti Assad ! la coalition des opposants syriens tout comme l'ASL ne savent plus à quel saint se vouer tant est grand dans leurs rangs le malais d'avoir à composer avec "un scénario imprévu " qui "les désarme de facto" ! Salim Idriss , chef de l'ASL s'est littéralement opposé au plan de désarmement chimique de Damas , allant aussi loin que possible dans l'absurde car autant le plan russe a élargi le champ d'action des alliés russes et iraniens de Damas , autant il rétrécit la marge de manoeuvre des "opposants d'Assad". Au fait comment feraient les soutiens turcs, arabes et américains de Jabra et d'Idriss pour justifier le refus de ces derniers d'un plan qui engage "internationalement" la Syrie à se débarasser de ses arsenaux chimiques ? la Syrie est un Etat et tout engagement de sa part le met dans le cadre du droit international. mais qu'en est il de ses opposants pro occidentaux ? Depuis le déclenchement de la crise, cette opposition a rejeté systématiquemen,t toute initiative de paix au prix quelques fois de se rendre ridicule aux yeux du monde entier. s'opposer à ce qu'Assad, le supposé bureau "chimique" qui "gaze les enfants syriens" soit placé sous contrôle international revient en quelque sorte à soutenir l'usage d'armes chimique. Jabra et Idriss peuvent accuser Assad d'avoir cherché via l'initiative russe à "tuer le temps" , il n'en reste pas moins vrai que le contrôle d'armement chimique est l'un des principes fondateurs de tout projet anti prolifération. Alors , piégée l'ex coalition de Doha et actuelle coalition de Riyad? plutôt oui , un piège qui ne fait qu'approfondir son isolement.