Ministère de l'Intérieur Bahreïn a menacé de poursuites judiciaires contre toute personne impliquée dans la manifestation prévue vendredi contre le régime de Manama. "L'action ne sera prise contre un participant à la manifestation prévue par les associations politiques, pour avoir enfreint la loi", a-t-il dit jeudi, le chef de la sécurité publique du pays arabe, Tariq Hasan Al- Hasan. Hasan a ajouté que ministère de l'Intérieur de Bahreïn a interdit la manifestation le vendredi, affirmant que le cas n'a rien à voir avec l’exercice de la liberté d'expression garantie par la loi. Pendant ce temps, le principal groupe d'opposition le petit royaume du Golfe Persique, Al- Wefaq, a critiqué la décision du ministère de l’Intérieur, demandant une participation massive des citoyens à la manifestation. Les protestations contre le régime Al Khalife continuent à travers le pays arabe, en dépit de la sévère répression qui emploie le système contre des manifestants pacifiques. Du 14 Février 2011, Bahreïn vit manifestations quasi quotidiennes, où des dizaines de personnes ont été tuées, des centaines ont été arrêtés et même ont été privés de leur emploi.