Une réponse positive du gouvernement bahreïnien aux exigences juridiques de son peuple ne peut empêcher les autorités de ce pays parler des allégations infondées contre des pays tiers et considéré comme le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Marzie Afkhami. Dans une interview samedi au «Fars» l'agence de nouvelles iranienne et en réponse aux récentes déclarations du ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Cheikh Khalid ben Ahmed Al Khalifa, le persan porte-parole a souligné que si le gouvernement de Bahreïn de se conformer aux exigences légitimes de son peuple n'aurait pas besoin de se déchaîner dans d'autres pays. Après avoir exprimé son mécontentement quant à la projection et la lecture gouvernement de Bahreïn allégations non fondées contre le pays perse, Afkhami a déclaré que l'adoption de mesures de confiance, optez pour une approche politique et faciliter la voie à un dialogue peut aider à résoudre problèmes qui affligent le pays arabe. Ministre des Affaires étrangères Bahreïn, a affirmé que la République islamique d’Iran ne respecte pas les droits de leurs voisins. Du 14 Février 2011, Bahreïn est le théâtre de manifestations quasi-quotidiennes, qui sont supprimés par les forces de Sécurité, appuyées par des soldats de l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis (EAU), le soutien logistique est assuré par certains pays occidentaux, principalement des États- Unis. La liberté des prisonniers politiques, le retrait des forces saoudiennes dans son pays et à la fin de la monarchie, au pouvoir depuis plus de 40 ans, sont parmi les demandes du peuple bahreïni.