Les appareils de sécurité de l’AP ont empêché, cet après-midi, une marche à Ramallah organisée par le Front Populaire pour la Libération de la Palestine contre les négociations. Cette marche se dirigeait vers le siège du comté de Ramallah. Des centaines de partisans du Front populaire se sont rassemblés près du Club orthodoxe à proximité de la place Yasser Arafat dans le centre de Ramallah et se sont dirigés vers la province à travers la rue d’el-Ersal, sauf que cette rue a été fermée par la police quelques heures avant le début de la marche ce qui a conduit à des embouteillages. La police anti-émeute a mis en place trois barrières humaines pour empêcher la marche et l’ont empêchée d’atteindre le comté. Les manifestants ont choisi d’éviter les confrontations avec la police. En commémoration de l'assassinat du secrétaire général du Front populaire, Abu Ali Mustafa, les manifestants ont scandé des slogans appelant à la fin de l'accord d'Oslo et appelant à la résistance pour répondre aux violations quotidiennes de l'occupation. De son coté, le membre du Conseil législatif du Front populaire Khalida Jarrar a appelé la direction palestinienne à se retirer des négociations et indiquant que ce n’est pas de son droit de négocier au nom du peuple palestinien. Jarrar a expliqué que les négociations se déroulent au milieu de la croissance rapide de colonisation et des attaques quasi-quotidiennes des forces d'occupation contre les Palestiniens. De son coté, le dirigeant du Hamas Jamal Tawil, qui a participé à cette marche avec un certain nombre de dirigeants nationaux et islamiques, a affirmé que ces négociations sont absurdes et ne servent pas le peuple palestinien, signalant que la position du Hamas est contre les négociations. Tawil a appelé, pendant un entretien exclusif avec notre correspondant, à construire une stratégie palestinienne unifiée pour faire face à tous les dossiers et ne pas prendre seuls des décisions fatidiques pour le peuple palestinien.