Des sources palestiniennes de défense des droits humains ont révélé que les médecins sionistes dans la clinique de la prison de Ramleh ont doublé la dose de chimiothérapie pour le prisonnier Mutassim Raddad qui souffre d'une grande détérioration de son état de santé à cause de son cancer de l'intestin. Le centre des «prisonniers de la Palestine » pour les études a déclaré aujourd’hui, dans un communiqué de presse, que l'administration pénitentiaire de la prison Ramleh a décidé d'augmenter la dose de chimiothérapie donnée au prisonnier malade Mutassim Raddad, indiquant que son état de santé était «très inquiétant ces derniers jours » et qu’ « un réel danger » menace la vie du détenu suite à la politique de négligence médicale menée contre lui et contre les prisonniers malades par les forces d'occupation. Le communiqué a indiqué que l'administration pénitentiaire de la prison refuse de procurer à Raddad le traitement nécessaire prétendant qu’il est coûteux. Au lieu de ce médicament, elle lui donne des pilules qui lui arrivent tard, ce qui a contribué à la détérioration de son état de santé et le manque d'efficacité du médicament en son rétablissement. Le centre «des prisonniers de la Palestine » a indiqué que ce qui est pratiqué contre Raddad est «un processus d'exécution claire devant la communauté internationale et les institutions des droits de l'homme qui ne paient aucune attention aux prisonniers palestiniens». Il a aussi chargé l’occupation de l'entière responsabilité de la vie du prisonnier qui est prêt à mourir à tout moment. Il est à noter que le prisonnier Raddad (31ans) a été arrêté par l’occupation à son domicile dans la ville de Saida - district de Tulkarem , en Décembre 2006 et l’a condamné à 20 ans de prison.