La mosquée de Besançon (Doubs) a été la cible d’un tag islamophobe. Jeudi 29 août, des responsables du lieu de culte ont découvert à l’encre noire, l’inscription « Vive la France », accompagnée du sigle SS, et d’une croix celtique. Ce n’est pas la première fois que la mosquée Es-Sunna a été prise pour cible. En février dernier, c’est une étoile de David qui a été taguée sur la mosquée. Le même symbole a été découvert sur la mosquée El-Fath, dans la même ville, le même jour. Dans son communiqué, le maire de la ville de Besançon a dénoncé ces inscriptions en les qualifiant d’ »absurdes », « inconséquents », « incompréhensibles ». Toujours le jeudi 29 août, nous apprenons par le biais de la page Facebook de Rachid Abou Houdeifa, que la mosquée Sunna de la ville de Brest (Finistère) a eu le droit quant à elle, à un autocollant « La France aux Français » du mouvement extrémiste « L’oeuvre française ». Quelques jours plus tôt, c’était la mosquée de Cognac qui a été visée par un acte islamophobe. Mardi 20 août, des tags islamophobes, des tracts racistes avec écrit « A mort les bougnoules », et des tranches de rôti de porc avaient été découverts. Ces attaques lâches contre les mosquées sont en constante hausse. L’année fut ponctuée d’actes islamophobes envers les lieux de culte musulman, et le mois d’août n’aura pas été un mois de répit. Il est nécessaire que la communauté musulmane persiste à dénoncer ces actes. Il faut plus que jamais communiquer, sensibiliser, et se structurer pour défendre ses droits à vivre paisiblement sa foi.