Grâces aux efforts menées par mes spécialistes de l'industrie défensive, la RII figure désormais parmi les fabriquant des « radar passif ». Ce radar sera dévoilé à l'occasion de la semaine de la défense sacrée. Ces dispositifs exploitent des sources d'ondes déjà présentes dans les environs. Ils sont notamment indétectables et peu coûteux. Un radar passif n'émet pas lui-même d'ondes: il exploite des émetteurs déjà présents dans les environs, telles des antennes-relais pour la radio, la télévision ou la téléphonie mobile. En comparant les signaux provenant directement d'un émetteur avec les signaux issus du même émetteur et qui ont été renvoyés par des objets en mouvement (ici un avion furtif, qui aurait pu être hors du champ de vision), le radar passif détermine la position, la direction et la vitesse de ces cibles. Dans un radar classique, ou actif (voir le cartouche), l'émetteur et le récepteur sont intégrés dans le même dispositif.