FOOTBALL – La double défaite contre la Real Sociedad a mis en lumière les limites offensives de Lyon qui a aligné une équipe qui n ' avait que ۲۳ ans de moyenne d’âge…

De notre envoyé spécial à Saint - Sébastien(Espagne)Oui, il y avait une classe d’écart entre la Real Sociedad et l’OL. En perdant ٤ - ۰ sur l’ensemble des deux matchs contre les Basques, les Lyonnais ont montré leurs limites au plus haut niveau européen. Et à la fin de la rencontre,tous les joueurs étaient unanimes pour dresser un constat d’impuissance. «Je pense que l’on tombe sur meilleur sur les deux matchs, a reconnu l’attaquant, Alexandre Lacazette. Mais on n’a pas réussi à montré ce que l’on savait faire. C’est peut - être leur caractéristique de faire déjouer l’adversaire mais je suis persuadé que l’on pouvait faire mieux.» «On a plus de regrets sur le match aller, estime le milieu de terrain, Clément Grenier. Là, on a fait ce que l’on a pu au début du match pour leur mettre la pression mais ce n’était pas suffisant.» Cela fait donc trois matchs consécutifs sans marquer pour l’OL. Après deux journées de Ligue ۱ ponctuées par sept buts inscrits, on passe d’un extrême à l’autre. Une confirmation de l’irrégularité que risquent de rencontrer les Lyonnais au cours de cette saison. Et forcément, on est obligé d’évoquer la mauvaise stratégie opérée cet été avec la vente deLisandro Lopezet les mises au placard de Bafétimbi Gomis, et, à un degré moindre, de Jimmy Briand.

« Pas une bonne opération dans l’optique du mercato»

En se privant de trois forces offensives d’expérience et de qualité avant un tour préliminaire deLigue des Champions, l’OL n’a pas vraiment mis toutes ses chances de son côté. Contexte économique oblige. Soit, mais lorsque l’on constate que l’équipe ne s’est pas crée la moindre occasion dangereuse à Saint-Sébastien mercredi soir, et que dans le même temps, Gomis, meilleur buteur du club la saison passée, mange au restaurant en famille à Lyon, on se dit qu’il y a vraiment de l’incohérence…