La Commission économique de l' ONU pour l'Afrique a ouvert mardi à Addis Abeba une conférence d' experts internationaux de trois jours pour explorer les moyens de développer des infrastructures et des institutions efficaces en Somalie après des décennies de conflit. Cette réunion, organisée conjointement avec l'Institut de politique économique et sociale Horn (Horn Economic and Social Policy Institute ou HESPI), un cabinet de réflexion africain, a réuni des professionnels et universitaires de Somalie. Le directeur général de l'HESPI, Ali Issa Abdi, a déclaré aux journalistes que cette conférence avait pour but de réunir des soutiens de la communauté internationale pour reconstruire la Somalie et consolider les institutions nationales. La communauté internationale doit apporter non seulement de l'argent, mais aussi des soutiens techniques et intellectuels pour aider la Somalie à reconstruire ses infrastructures et ses institutions, a-t-il déclaré. « La Somalie a besoin aujourd'hui de l'attention et de l'aide de la communauté internationale. Nous voulons davantage de nouvelles de nos amis autour du monde, non seulement de l'Occident mais aussi de l'Orient, du Moyen-Orient, et de l'Afrique elle-même. Nous ne demandons pas seulement de l'argent, nous demandons un soutien technique, nous demandons un soutien intellectuel », a dit M. Abdi. Un rapport de l'HESPI indique que la stabilité reste fragile en Somalie malgré la meilleure volonté des partenaires intérieurs et extérieurs au pays. « La situation de sécurité en Somalie continue d'être exposée à des difficultés graves sous la forme de conflits sporadiques ou continus dans de nombreuses parties du pays, ainsi que d'une insécurité répandue suite à la recrudescence de conflits armés dans d'autres parties », détaille ce rapport. L'issue de cette conférence devrait aider le gouvernement somalien à planifier et élaborer sa stratégie à court et moyen terme en matière de reconstruction et de consolidation des institutions. L'ambassadeur de Somalie en Éthiopie Ahmed Abdusalam a déclaré que le gouvernement somalien avait hâte de connaître l'issue de cette conférence.