Le torchon brûle entre la City University de Londres et ses étudiants musulmans, contraints de prier dans la rue depuis que la direction de l'école leur a interdit l'accès à la salle de prières qui leur avait été mise à disposition sur le campus. La direction de City University exigeait de connaître à l'avance le contenu des prêches de l'imam qui y officiait, soupçonné d'être un extrémiste, et ce avant la traditionnelle prière du vendredi dans l'islam. Devant le refus des étudiants musulmans, elle a pris la décision de faire fermer purement et simplement la salle de prières. En réaction s'est créée une association, Muslim Voices on Campus, pour demander à l'université de revenir sur sa décision. Ses membres estiment avoir été « injustement ciblés ». « Tous nos prêches sont libres, déclare le porte-parole, Wasif Sheikh, à la BBC. Nous accueillons tous les étudiants et tous les membres du personnel de l'université ». « Mais, précise-t-il, lorsque vous commencez à soumettre vos prêches à l'examen et à l'aval, il existe un risque qu'on vous dicte ce qui est autorisé et ce qui ne l'est pas. En tant qu'étudiants, nous ne pouvons accepter cela ». « Nous reviendrons tous les vendredis » Les prêches décrits comme radicaux de l'imam ont été signalés il y a trois ans par la Quilliam Foundation, un think tank qui se présente comme un champion du contre-terrorisme et la lutte contre l'islamisme. Sur un enregistrement, on peut entendre le religieux prôner une application stricte de la charia, la loi islamique. « L'État islamique nous apprend à couper la main du voleur. Oui, c'est ce qu'il fait. Et il nous apprend aussi à lapider l'adultère », ou encore « l'État islamique nous apprend qu'il faut tuer l'apostat », celui qui a renié la religion dans laquelle il a été élevé. L'apostasie est très vivement condamné en islam, passible de mort pour certains imams. L'année précédente, en 2009, lors du gala annuel de l'association, était annoncé en grande pompe parmi les invités, un religieux extrémiste, Anwar al-Awlaqi. Cet Américain d'origine yéménite s'était exprimé par vidéo, étant interdit de séjour sur le sol britannique, notamment suite à ses nombreux appels au djihad armé. Anwar al-Awlaqi aurait entretenu une correspondance avec Nidal Malik Hassan, auteur de la fusillade de Fort Hood en 2009, et est soupçonné d'avoir recruté le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, responsable de la tentative avortée de détournement du vol Amsterdam-Détroit le jour de Noël 2009. Dans un communiqué, la direction de la City University demande à s'assurer du « caractère approprié » des sermons religieux avant qu'ils ne soient prononcés et justifie sa décision : « Nous ne pouvons tolérer dans nos locaux une activité sur laquelle nous ne pouvons exercer un contrôle modéré ». Le défi pour l'établissement, selon la BBC, est comme souvent de devoir trouver un équilibre entre liberté de culte et d'expression. « S'il n'y avait pas eu de précédent, les propos des étudiants seraient apparus comme extrêmement raisonnables, estime Usama Hasan, de la Quilliam Foundation. Mais la situation est viciée. Ils vont être obligés de faire des compromis et de négocier avec l'université ». En attendant, les étudiants de l'association étalent leur tapis de prière chaque semaine devant le bâtiment principal de l'université, sous les regards étonnés de leurs camarades, comme a pu le constater Rémi Hattinguais, du Bondy Blog. A la City University, le journaliste a eu l'occasion de rencontrer Yasin Sooden, un étudiant d'origine mauricienne et de confession musulmane. Depuis son arrivée à Londres, celui-ci se dit choqué par le radicalisme des jeunes musulmans britanniquqes, souvent originaires d'Inde, du Pakistan ou des banlieues défavorisées. Pour lui, la prière du vendredi se fera désormais dans une mosquée voisine, distante de 800 mètres, où il pourra « pratiquer sa religion tranquillement sans qu'on lui demande de porter la barbe et de couper des mains... ». Sur les tracts que les membres de Muslim Voices on Campus distribuent, un avertissement : « Nous reviendrons tous les vendredis ».