Iranien adjoint des Affaires étrangères pour les affaires arabes et africains, Hussein Amir Abdolahian, tenu mardi une conversation téléphonique avec son homologue russe Mikhail Bagdanov sur la crise actuelle en Syrie. Dans ce dialogue, les deux diplomates ont affirmé que les accusations portées contre le gouvernement syrien d'utiliser des armes chimiques, pas plus qu'un scénario prévu précédemment pour justifier une attaque militaire contre le pays arabe. Ils ont également condamné l'utilisation d'armes chimiques en Syrie par des terroristes et ont considéré que la diplomatie est le seul moyen de résoudre la crise actuelle qui existe dans le pays. Tant le vice-ministre iranien comme ses russes ont mis en garde contre les conséquences possibles d’une intervention militaire en Syrie et de la sécurité dans la région. Le 21 Août, l’ont signalé une attaque chimique terroriste autour de la capitale syrienne, Damas, où au moins 1300 personnes ont été tuées selon ABNA. Après l'incident, plusieurs pays occidentaux, menés par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, a accusé le gouvernement de Bachar al -Assad après des attaques d'avoir un prétexte pour lancer une intervention militaire contre l’Iran.