La livre turque, affectée par les turbulences qui ont gagné les pays émergents, est tombée mardi à un niveau historiquement bas face au dollar. A l'ouverture, la devise nationale s'est échangée à 2,0095 livres (TL) pour un dollar à 05H35 GMT malgré une intervention de la Banque centrale turque la veille avec une injection de 350 millions de dollars sur les marchés. La livre, qui a franchi pour la première fois la barre des 2 TL pour un dollar la semaine dernière, s'est légèrement reprise ensuite à 2,0028 à 06H35 GMT puis est remonté en fin de matinée jusqu'à 2,033, un nouveau record. La Bourse d'Istanbul qui a perdu près de 6% la semaine dernière, a été entraîné dans la chute de la monnaie locale, perdant près de 3% à la première séance. Pour répondre aux turbulences qui affectent les économies émergentes, la banque centrale turque a augmenté deux fois depuis juillet l'un de ses taux directeurs, mais sans pouvoir endiguer le glissement de la livre. Le président de cette institution, Erdem Basci, a voulu rassurer mardi les marchés en pleine nervosité, indiquant, dans des déclarations à la presse, que la Banque centrale disposait actuellement d'environ 40 milliards de dollars de réserves vendables. "Nous pouvons briser cette situation (le glissement de la livre) (...) Nous interviendrons et tout le monde en sera étonné. Nous défendrons fermement la livre", a-t-il dit dans des remarques télévisées. Les autorités monétaires ont vendu plus de 8 milliards de dollars pour soutenir la monnaie locale depuis début juin. "Croyez-moi et gagnez. Les pertes dans les cours de change ne seront que temporaires", a insisté Basci qui a aussi signalé que les taux ne seront pas sensiblement relevés dans un proche avenir. "Si nous restons fermes sur le plan des taux, les investisseurs reviendront", a-t-il estimé. La Turquie, principal adversaire à son voisin syrien, subit de lourdes conséquences de la tension qui y règne, tant sur le plan politique, que social et économique.