Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad-Javad Zarif et son homologue russe Sergueï Lavrov ont souligné la nécessité d'un règlement pacifique de la crise en Syrie par des moyens politiques. Dans une conversation téléphonique, les deux ministres ont condamné ce qu'ils ont appelé "l'utilisation d'armes chimiques par des terroristes" en Syrie. Ils ont également exprimé leur "profonde préoccupation" face à l'escalade des tensions dans le pays arabe, selon le rapport. Jeudi, M. Zarif a rejeté les allégations que le gouvernement syrien a utilisé des armes chimiques contre des civils. Le principal groupe d'opposition en Syrie a accusé l'armée gouvernementale d'avoir utilisé des armes chimiques mercredi, tuant au moins 1.300 personnes. Mais Damas a nié ces accusations. L'Iran est un allié clé du gouvernement syrien dans la région et a encouragé le Hezbollah chiite libanais à combattre aux côtés des forces gouvernementales contre les groupes d'opposition, qui selon lui sont des "groupes terroristes".