Les Palestiniens ont menacé mercredi d'engager des poursuites auprès d'institutions internationales contre la construction de nouvelles colonies qui pourrait, selon eux, faire échouer les discussions de paix en cours. "Il ne s'agit pas seulement de points sur une carte, mais de mesures délibérées et destructives qui visent à empêcher la création d'un Etat palestinien", a affirmé Hanane Achraoui, membre du comité exécutif de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Elle faisait ainsi allusion à l'annonce par le gouvernement israélien de la construction de plus de 2.000 logements dans les colonies de Cisjordanie et à l’est de Jérusalem occupee peu avant la reprise dans la région la semaine dernière des négociations israélo-palestiniennes. "Si Israël met ces projets à exécution, nous serons obligés de recourir à une procédure juridique auprès d'institutions internationales", a-t-elle prévenu lors d'une rencontre avec des journalistes près du quartier de colonisation israélien de Gilo à Jérusalem-est, où une partie des nouveaux logements doivent être construits. Les négociateurs israéliens et palestiniens se sont rencontrés mardi à Jérusalem, une semaine après la reprise des discussions, qui avaient été gelées pendant près de trois ans. Les précédents pourparlers qui dataient de septembre 2010 avaient abouti à un échec du à la poursuite de la colonisation israélienne. "Il n'y a pas eu de percée et d'accord. Les discussions n'ont pas porté sur des points précis", a affirmé Mme Achraoui. Les pourparlers se déroulent dans la plus grande discrétion. "Nous ne sommes pas prêts à commettre les mêmes erreurs en participant à des discussions en soi alors qu'Israël continue à prendre des mesures unilatérales", telles que la construction de logements dans les colonies, a-t-elle poursuivi. Elle a appelé les Etats-Unis à prendre une position ferme contre la colonisation à l'exemple de l'Union Européenne (UE). "Les directive de l'UE ne constituent que le début d'un processus aux termes duquel Israël devra rendre des comptes. Nous appelons tous les pays à continuer à demander des comptes à Israël et aux colons", a également souligné Mme Achraoui L'UE a publié le mois dernier une directive qui exclut de tout nouvel accord avec Israël, les institutions et les entreprises qui ont des activités en Cisjordanie et à Jérusalem-est annexée. La dernière démarche des Palestiniens en date auprès d'institutions internationales remonte au mois de novembre de l'an dernier lorsque les Palestiniens ont obtenu une élévation de leur statut aux Nations unies. Une très large majorité des pays a voté pour reconnaître la Palestine comme un Etat non-membre. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a pour sa part minimisé vendredi l'importance de la question des colonies. Selon lui la "racine du conflit a été et reste le refus constant (des Palestiniens) de reconnaître Israël comme un Etat juif et ce quel que soit ses frontières".